C'est mon boulot, France info

Contre le Covid-19, les entreprises appelées à mettre les bouchées doubles sur le télétravail

Lors de leur conférence de presse, jeudi soir, Jean Castex et Elisabeth Borne ont appelé à se remobiliser autour du télétravail. Les entreprises doivent mieux respecter les règles.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une personne en télétravail à Amiens (Somme). Photo d\'illustration.
Une personne en télétravail à Amiens (Somme). Photo d'illustration. (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)

En matière de télétravail, il y a les bons et les mauvais élèves. La ministre du Travail a distribué les mauvais points jeudi soir au cours de sa conférence de presse. Il y a des secteurs où le travail à distance n’est pas assez pratiqué, c'est par exemple le cas de la banque et de l’assurance, de la communication, de l’informatique, des activités immobilières et des professions juridiques. Dans toutes ces professions, la ministre appelle donc à respecter les règles.

Selon Elibabeth Borne, 2,5 millions de salariés qui pourraient télétravailler ne le font pas du tout. Pour un tiers des postes télétravaillables en France, les salariés continuent de se rendre dans les locaux de leur entreprise tous les jours. Il faut selon la ministre, que ces gens se mettent - enfin - au télétravail.

Pour les autres, il faut accentuer les efforts. Elisabeth Borne a demandé que ceux qui télétravaillent entre un et trois jours dans la semaine en fassent un de plus. "Chaque jour compte", a-t-elle martelé. Pour autant, les règles ne changent pas. Ceux qui télétravaillent à 100% peuvent continuer à revenir en entreprise un jour par semaine s’ils souffrent d’isolement. La ministre a d’ailleurs rappelé le numéro d’urgence, disponible sept jours sur sept et 24 heures sur 24 : le 0800 130 000.

Se mobiliser aussi dans les administrations publiques

Les chefs d’entreprise et les représentants du personnel sont appelés à se réunir dans les meilleurs délais pour définir ensemble comment étendre le recours au télétravail. La ministre réunira les branches professionnelles dès la semaine prochaine. Et les inspecteurs du travail sont appelés à vérifier la bonne mise en oeuvre du télétravail. Une instruction doit être donnée pour durcir le contrôle. Avec des sanctions possibles si le protocole sanitaire n’est pas respecté.

Les administrations publiques doivent elles aussi se mobiliser. Jean Castex a dit qu’elles devaient montrer l’exemple. Leur ministre, Amélie de Monchalin, veut que chaque agent puisse avoir toute sa messagerie à distance, et que d’ici au 1er juillet, 100% des agents qui ont des missions télétravaillables soient équipés d’un ordinateur portable.

Une personne en télétravail à Amiens (Somme). Photo d\'illustration.
Une personne en télétravail à Amiens (Somme). Photo d'illustration. (DOMINIQUE TOUCHART / MAXPPP)