C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Ces entreprises qui doublent l'indemnité kilométrique vélo

La Semaine européenne de la mobilité vient de débuter. Certaines entreprises aident financièrement leurs salariés qui viennent à vélo.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un cycliste dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin).
Un cycliste dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin). (MAXPPP)

La Semaine européenne de la mobilité a débuté le 16 septembre. L'idée est de promouvoir toutes les solutions pour mieux se déplacer, en polluant moins. Parmi ces solutions, le vélo. Certaines entreprises aident financièrement leurs salariés qui viennent travailler à vélo.

L'indemnité kilométrique vélo a été mise en place il y a un an et demi. Elle est facultative et une petite centaine d'entreprises tout au plus l'ont adoptée. Parmi elles, RTE, l'entreprise qui gère les réseaux d'électricité. Elle compte 8 500 salariés et désormais 6% de cyclistes, contre 2% en moyenne nationale. RTE met le paquet et double l'indemnité versée aux cyclistes : 420 euros par an contre 200 indiqués par la loi.

Parmi ses heureux bénéficiaires Mathieu. Il est ingénieur, à Grenoble. Il fait 10 kilomètres par jour. Il touche 35 euros en plus par mois. Une somme qui lui a permis de s'équiper : "Cette prime nous pousse à faire du vélo tous les jours. Je me suis équipé avec une belle parka tout temps. C'est une source de motivation pour venir tous les jours à vélo".

"Je gagne de l'argent en venant au travail"

Avec 35 euros par mois, cette prime lui permet même d'envisager d'autres investissements : "Je me suis acheté un vélo électrique. En quatre ans, il est remboursé, et je gagne de l'argent en venant au travail, ce qui n'est pas le cas avec d'autres moyens de transport." Mathieu a même commencé à convaincre ses collègues : "Dans mon équipe il y a plusieurs personnes qui sont passées au vélo qui, avant, prenaient la voiture. Ça se fait petit à petit, ça n'est pas une grosse vague, mais chaque personne contamine d'autres personnes. C'est une vague de fond et c'est un bon moyen d'appuyer cette vague de fond".

RTE se dit très engagé pour faciliter les déplacements de ses salariés. Un intérêt bien compris. Le vélo fait la nique aux embouteillages et permet d'éviter les retards. C'est aussi la garantie d'une meilleure santé. Sans compter que l'indemnité vélo est exonérée de cotisations sociales pour les entreprises, et d'impôt pour les salariés.

Et quand une société veut vraiment bichonner ses cyclistes, elle peut suivre l'exemple de RTE : offrir une flotte de vélos électriques que l'on peut réserver pour plusieurs jours. Sans compter des douches et des vestiaires. Mais quand on fait du vélo électrique, on ne fait pas beaucoup plus d'effort que si on marchait, on n'a pas besoin de se changer, on peut même venir en costume.

Un cycliste dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin).
Un cycliste dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin). (MAXPPP)