C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. Un bracelet électronique pour surveiller les employés d'Amazon ?

Le géant mondial du e-commerce Amazon vient de déposer deux brevets pour la fabrication de bracelets électroniques destinés à équiper les employés de ses entrepôts. L'annonce provoque un tollé mondial.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoPhilippe DuportRadio France

Mis à jour le
publié le

Manifestation à Rome, le 2 février 2018, contre la mise en place possible de bracelets électroniques aux poignets des employés d\'Amazon.
Manifestation à Rome, le 2 février 2018, contre la mise en place possible de bracelets électroniques aux poignets des employés d'Amazon. (ALESSANDRO DI MEO / ANSA)

Chez Amazon, il existe décidément deux catégories de salariés. Ceux qui vont travailler dans les arbres, abrités dans les bulles inaugurées à Seattle lundi 29 janvier 2018, et ceux qui préparent les commandes dans les entrepôts. Ceux-là pourraient se voir dotés d'un bracelet électronique qui émettra des vibrations si les employés qui le portent n'exécutent pas le bon geste au bon moment. L'annonce intervient au lendemain de la publication de chiffres records avec un bénéfice net de près de 1,5 milliard d'euros.

Contrôler les mouvements des employés 

L'idée est de tracer les mouvements de main des employés. Si un préparateur ne touche pas le bon colis, le bracelet vibre. Idem s'il n'est pas actif. L'objectif est de permettre de préparer des commandes encore plus vite et d'être plus efficaces pour faire l'inventaire. La direction assure qu'ainsi les employés n'auraient plus à avoir les yeux rivés sur un écran. Ils seraient guidés par leur bracelet. L'équipement permettrait aussi de contrôler le temps de pause des employés et les ferait ressembler encore un peu plus à des robots humains, dont les gestes seraient pilotés à distance.

Vers un homme "machine" ?

Les réactions sont nombreuses pour s'opposer à ce projet., d'anciens employés d'Amazon au chef de gouvernement italien. Paolo Gentiloni a tapé du poing sur la table. Idem pour le leader italien de la Ligue du Nord, qui se demande si on parle d'homme ou d'esclave. Pour l'auteur du livre enquête En Amazonie, Jean-Baptiste Malet, ça n'est que "la continuité de la discipline de fer qui règne chez Amazon". Un ancien salarié britannique, cité par le New York Times, explique qu'Amazon veut "transformer les humains en machines", en attendant de pouvoir s'en passer complèment. Dans le même temps, les représentants CGT de différents sites d'Amazon en France ont organisé une conférence de presse pour alerter sur les conditions de travail et de rémunération des salariés.

Manifestation à Rome, le 2 février 2018, contre la mise en place possible de bracelets électroniques aux poignets des employés d\'Amazon.
Manifestation à Rome, le 2 février 2018, contre la mise en place possible de bracelets électroniques aux poignets des employés d'Amazon. (ALESSANDRO DI MEO / ANSA)