C'est mon boulot, France info

C'est mon boulot. De directrice de la communication à éleveuse d'escargots

Tout l'été dans "C'est mon boulot" on s'intéresse à ceux qui ont changé de métier, changé de vie. Jeudi, Deborah Hamon, "dircom" dans l'aéronautique à Paris, partie élever... des escargots tout près de La Baule, en Loire-Atlantique. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un élevage d\'escargots.
Un élevage d'escargots. (LEOTY XAVIER / AFP)

C'est avec la naissance de ses deux enfants que Deborah a commencé à se poser des questions. Sur ce le sens de ce qu'elle faisait. Comme une lente érosion : "C'est beaucoup de réunions, beaucoup enfermés, on vit à la lumière des néons et à un moment donné vous cherchez un petit peu d'air". Pendant dix ans elle mûrit son projet. Avec un mot d'ordre : "La volonté première était de contribuer à ma manière à un projet qui permettrait de limiter notre empreinte environnementale. De contribuer à ma manière à la protection de la nature." Ce sera donc un retour à la terre.

Un rythme "plus humain"

Elle fait un stage chez un éleveur de vaches laitières. Pas à sa portée, physiquement. Elle cherche un produit de niche. Elle le trouve, en lisant beaucoup : les escargots. Son projet : "C'est de produire de la bave pour le cosmétique et le médical. Les ruches c'est pour produire de la gelée royale pour le cosmétique et le médical et les plantes aromatiques et médicinales, le projet est orienté plus vers le cosmétique et le médical." 

Cela passe par quitter Paris bien sûr. Deborah avait un pied près de La Baule. Une maison. Elle trouve des terres "sans maître". Une friche sur laquelle il faut tout faire pour accueillir 100 000 escargots. Elle s'auto finance à 80%. Deborah vise l'équilibre financier dans trois ans. Mais déjà elle estime que la partie est gagnée : "Physiquement on se sent mieux et dans sa tête on se sent mieux aussi. On retrouve un rythme et un écoulement du temps plus humains."

Un élevage d\'escargots.
Un élevage d'escargots. (LEOTY XAVIER / AFP)