C'est ma maison, France info

C'est ma maison. Vacances de février : les Français partiront beaucoup moins en vacances

Les Français s'adaptent à la situation de cette crise sanitaire qui dure. Avec la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de sport d'hiver, et les restaurants, théâtres et cinémas toujours fermés, les vacances de ce mois de février auront une autre couleur : le climat d’incertitude aurait découragé beaucoup de Français. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration des activités de remplacement du ski alpin dans les stations de ski fermées. Pyrénées, le 20 janvier 2021. 
Illustration des activités de remplacement du ski alpin dans les stations de ski fermées. Pyrénées, le 20 janvier 2021.  (FRANCOIS LAURENS / HANS LUCAS / AFP)

Les Français partiront beaucoup moins en vacances en février. Charlie Cailloux, conseiller juridique pour le site immobilier PAP et PAP vacances, nous explique pourquoi. 

franceinfo : - 58%, c’est la baisse du nombre de réservations de locations de vacances par rapport à l’année dernière ?  

Charlie Cailloux : Oui et il y a au moins deux raisons ! D’une part, en février, on part beaucoup à la montagne. Or, la fermeture des remontées mécaniques a découragé de nombreux vacanciers, c’était déjà le cas pour les vacances de Noël. Et puis, avant de réserver leurs vacances, les Français sont restés aux aguets des annonces du gouvernement : le 24 janvier, le JDD indique que le reconfinement est imminent, les réservations s'effondrent de -77% la semaine suivante. Le vendredi 29, Jean Castex nous donne une dernière chance et maintient le couvre-feu, les réservations rebondissent un peu. 

Est-ce que ceux qui vont habituellement au ski se reportent sur d’autres destinations ?

Non ! On avait constaté ça pour les vacances de Noël, la montagne dégringolait mais les bords de mer et la campagne tiraient leur épingle du jeu. Ce ne sera pas le cas en février : l’ensemble des destinations est en chute. Encore une fois, le climat d’incertitude aura démotivé tout le monde de partir.

Une seule exception : l’Outre-Mer a vu ses réservations doubler par rapport à l’année dernière. Le gros problème, c’est que depuis l’annonce du Premier ministre le 29 janvier, il est interdit de se rendre dans ces territoires, et donc, ces vacanciers vont devoir annuler leur séjour. 

Justement, c’est un point intéressant : comment ça se passe pour les personnes qui ont loué une maison et qui ne pourront pas s’y rendre ? Ils peuvent invoquer la force majeure ? 

Non, on ne peut plus invoquer la force majeure, comme c’était éventuellement le cas lors du premier confinement : la force majeure, c’est un événement imprévisible qui vous empêche d’exécuter un contrat. Or, malheureusement pour nous, il n’y a plus rien d’exceptionnel à ces couvre-feux, à ces interdictions de déplacement et on peut même dire qu’elles sont le sujet numéro 1 depuis un an maintenant.

Donc, en l’absence de conditions spécifiques dans le bail sur les annulations, il faudra laisser les arrhes que vous avez versées lors de la réservation. Et si vous aviez versé un acompte, le propriétaire pourrait même vous demander le montant intégral du loyer. 

Vous parliez de clauses d’annulation ? Quelles sont-elles ? 

Vous pouvez trouver des clauses qui disent que si le propriétaire ou le locataire sont dans l’impossibilité d’honorer le contrat en raison du Covid-19, le contrat est caduc et chacun reprend ses billes (c’est le cas de 66% des annonces sur notre site). Attention, la clause ne fonctionne que si vous ne POUVEZ pas vous déplacer (soit que vous soyez confiné parce que testé positif, soit qu’une mesure générale interdise les déplacements).

Donc, si vous aviez réservé pour la Guadeloupe et que vous devez annuler, vous pouvez bénéficier de la clause. En revanche, si vous aviez réservé pour les Alpes et que vous ne VOULEZ plus y aller, parce que les remontées mécaniques sont fermées, là ça ne marche pas, et vous ne pouvez pas exiger le remboursement.   

Illustration des activités de remplacement du ski alpin dans les stations de ski fermées. Pyrénées, le 20 janvier 2021. 
Illustration des activités de remplacement du ski alpin dans les stations de ski fermées. Pyrénées, le 20 janvier 2021.  (FRANCOIS LAURENS / HANS LUCAS / AFP)