Cet article date de plus d'un an.

Bâtiment : du béton avec des couches usagées pour réduire les coûts de construction

Dans les pays d’Asie en développement, les gouvernements sont prêts à tout pour arriver à réduire les coûts de construction au vu de la croissance de leur population. Des maçons indonésiens testent un béton où le sable est en partie remplacé par des couches jetables. Et ça marche !
Article rédigé par Yann Rousseau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Couches usagées. (ULLSTEIN BILD VIA GETTY IMAGES)

Des chercheurs de l'université japonaise de Kitakyushu travaillent sur le projet depuis des années. Ils cherchent à intégrer des produits recyclés au béton classique. C'est bon pour l'environnement et ça fait baisser les coûts de construction. Et ils ont testé la fabrication de murs en couches jetables. Le béton fabriqué à base de restes de couches pour bébé, ça fonctionne. La petite maison tient debout, elle est imperméable et elle a les mêmes propriétés physiques qu'une maison normale. 

>> En Gironde, des crèches testent des couches 100% compostables

Bien évidemment, ces couches sont d'abord traitées. Elles sont lavées, passées au chlorure de sodium, séchées et ensuite, elles sont déchiquetées. Ces petits morceaux de couche sont ensuite ajoutés aux autres matériaux qui servent à monter les murs. Ils sont mélangés à du sable, à du ciment et à du gravier pour fabriquer un béton très résistant.

La "recette" idéale économise jusqu'à 40% de sable 

Les ingénieurs ont testé différentes proportions pour trouver la recette idéale. Et en gros, les restes de couches peuvent remplacer jusqu'à 10% des volumes de sable que l'on utilise habituellement pour faire les murs porteurs. Et pour les cloisons intérieures, vous pouvez remplacer jusqu'à 40% du sable avec vos restes de couche. Sur le papier, ça permet donc de faire des économies sur le prix des matériaux. 

Et le gros avantage, c'est qu'on dispose pour le coup d'une matière première à profusion. Les chiffres sont en effet ahurissants : 300 000 couches sont jetées chaque minute dans le monde, d'après les calculs de l'Association des industries du biodégradable. Chaque année, la population mondiale consomme 167 milliards de couches. Et la quasi-totalité se retrouve soit dans des décharges géantes, soit dans des incinérateurs qui génèrent beaucoup de CO2.

Un recyclage bon pour l'environnement

C'est aussi pour cela qu'il y a beaucoup de recherche sur le futur de ces couches qui sont très difficiles à recycler. Elles contiennent du coton, de la viscose et plein de plastiques différents. Les chercheurs de Kitakyushu expliquent que leur réutilisation à grande échelle dans le bâtiment pourrait vraiment être intéressante pour les pays en développement. Mais il faudrait mettre en place une chaîne de collecte qui n'existe pas pour le moment.

À part les couches jetables, les chercheurs testent d'autres produits recyclés comme la poudre de verre qui pourrait être intégrée au ciment. Il y a aussi des pistes de travail avec des produits issus de l'agriculture, notamment, la balle de riz, c'est la première peau du grain de riz, avant qu'il ne soit décortiqué. Désormais séchée, cette peau est également testée dans des matériaux de construction un peu plus bio.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.