En Gironde, des crèches testent des couches 100% compostables

Publié
FTR
Article rédigé par
Chrystel Chabert - franceinfo
France Télévisions

Une PME bordelaise a conçu une couche entièrement compostable que plusieurs crèches de Gironde sont en train de tester. Une alternative intéressante pour un des déchets les plus polluants qui soient. #IlsOntLaSolution  

Quel parent d’un enfant en bas âge ne s'est pas tenu un jour, horrifié, devant la poubelle familiale, en voyant le monceau de couches accumulées en une journée pour un seul bambin (ne parlons même pas des jumeaux) ? À moins d’avoir opté pour les couches lavables (qui "équiperaient" en France entre 2% et 3% des enfants soit entre 50 000 et 70 000 bébés), nous avons tous eu un moment de culpabilité devant ces kilos de déchets que nous savons inrecyclables.

Des tonnes de déchets

Et pour cause. Au risque de remuer le couteau dans la plaie, rappelons quelques chiffres : un bébé porte entre 3 800 et 4 800 couches ce qui représentent pour un seul enfant près d’une tonne de déchets. En France, trois milliards de couches jetables sont commercialisées chaque année, produisant en moyenne 750 000 tonnes de déchets. Déchets qui seront ensuite enfouis ou incinérés.

Les couches jetables présentent de nombreuses substancs allergisantes. (JO?L LE GALL / MAXPPP)

Le site Planetoscope rappelle qu'il faut 500 ans à une couche pour se dégrader. Quant aux produits utilisés pour la fabrication, pas de quoi se réjouir : "Si leur composition exacte est rarement détaillée, explique le site, on sait qu'une couche jetable est le plus souvent composée d'une feuille venant au contact de la peau, d'un noyau de cellulose rempli de gel absorbant (polyacrylate de sodium) et d'une partie externe imperméable constituée de polyéthylène ou polypropylène : pour fabriquer le plastique d'une couche jetable il faut une tasse de pétrole" . Des produits qui ne sont bons ni pour la planète ni pour les fesses des chérubins !  

Trouver des alternatives

Face à ce triste bilan, plusieurs start-up françaises se sont lancées dans la conception de couches entièrement compostables. Parmi elles, on peut citer les Alchimistes à Lyon et Mundao, une société bordelaise qui s’est spécialisée dans les textiles sanitaires à usage unique compostables industriellement. 

Commencées en 2018, les recherches de Mundao ont été longues mais le produit a pu être présenté lors du salon Pollutec, événement de référence des solutions pour l’environnement, en octobre 2021 à Eurexpo Lyon.

Une couche fabriquée à partir de matériaux renouvelables comme le bois, la cellulose, l’amidon de maïs ou de canne à sucre. (N. Pressigout / France Télévisions)

Bien choisir les matériaux de base

"La couche est un produit complexe, confirme Stéphanie Mazet, cofondatrice de Mundao. On a recherché des matériaux alternatifs, compostables industriellement, soit biosourcés [le terme désigne un matériau entièrement ou partiellement fabriqué à partir de matières d'origine biologique, NDLR], soit issus de matériaux renouvelables comme le bois, la cellulose, l’amidon de maïs ou de canne à sucre." Bien choisir les matériaux est important car pour que la couche devienne un déchet compostable, elle doit être éco-conçue pour produire un compost de bonne qualité.

Depuis le début de l’année, Popotine – c'est le petit nom de cette couche compostable - est testée dans les crèches municipales de Bordeaux, Libourne et Saint-André-de-Cubzac. Elle semble donner de bons résultats à savoir pas de problèmes d’allergies, d’irritations des fesses (moins de pommade en perspective !) et un certain confort (sur ce point néanmoins, il faudrait l’avis des premiers concernés...).  

Compostage sous surveillance

Une fois jetées, c’est l’association bordelaise les Détritivores qui est chargée de collecter les couches usagées et la régie LibRT à Libourne. Elles sont ensuite mélangées à des déchets végétaux. On parle de compostage industriel, sur de gros volumes, rien à voir avec le composteur familial sur le balcon ou au fond du jardin.

Les conditions de dégradation sont très contrôlées : l'humidité et la montée en température font l'objet d'une surveillance et le compost est régulièrement retourné. Cette étape va durer de trois à six mois “pour garantir une hygiénisation correcte, c’est-à-dire l’absence de pathogènes”. Ce compost va faire l’objet d’analyses menées par un bureau d’études certifié. En attendant cette validation, il sera utilisé pour du remblayage ou dans les espaces verts. 

Mélangées à des déchets verts, les couches vont mettre trois à 6 mois à se dégrader pour devenir du compost. (N. Pressigout / France Télévisions)

La question est maintenant de savoir quand les particuliers pourront acheter ces couches compostables ? "On veut éprouver le modèle et aussi donner envie aux parents de continuer à la maison avec une couche plus écologique et compostable", expliquait Stéphanie Mazet, dans une interview à 20 Minutes en septembre 2021. Il faut aussi trouver comment les collecter. "Il pourrait y avoir des points d’apports étanches collectifs”. 

Chers parents, un peu de patience : après la phase expérimentale, ces couches devraient être disponibles à l’achat sur une plateforme en ligne. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.