Souffrir et renaître avec Chauzy

Jean-Christophe Chauzy a choisi de partager, en bande dessinée, la traversée de la maladie qui a failli l'emporter. Dans "Sang neuf", il se raconte et trouve les images pour mettre en scène le corps, la douleur, la peur et l'espoir.
Article rédigé par Jean-Christophe Ogier
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Sa vie face à la maladie (JEAN-CHRISTOPHE CHAUZY, CASTERMAN)

Force est de constater que depuis quelques années, partager sa souffrance en BD relève d’une démarche autobiographique qui n’est plus si rare. Avec quelques livres de grande qualité.

Un journal de bord au bord de la mort

On pense ici à Carnet de santé foireuse de Pozla, qui avait obtenu le Prix spécial du jury au festival d'Angoulême en 2016, et dans lequel l’auteur racontait sa maladie de Crohn. Ou encore à Quand vous pensiez que j’étais mort, de Matthieu Blanchin, soit le récit de 10 jours de coma, et de son retour à la vie. Aujourd’hui, Jean-Christophe Chauzy, bien connu pour ses autofictions et ses polars, dans lesquels les protagonistes lui ressemblent toujours beaucoup, grands échalas dégingandés et un peu largués, signe Sang neuf.

Il y a près de quatre ans, lui qui se croyait à l’abri du mal, s’est vu diagnostiquer une leucémie aiguë (très exactement, une myélofibrose de niveau 3). Chauzy est désormais tiré d’affaire, grâce à une greffe de moelle osseuse – merci, petite sœur – et il a éprouvé le besoin de mettre en images sa douleur, ses doutes, devant la maladie qui galope, l’empathie des soignants, les espoirs et les échecs, et enfin, la libération.

"La douleur, la solitude, la sidération, l’incertitude permanente, la peur de la mort tout le temps, ce sont des choses qui n’ont pas de traduction visuelle dans ce que la bande dessinée a l’habitude de faire. Tout le boulot a consisté à imaginer précisément comment incarner ces choses qui se passaient dans ma tête."

Jean-Christophe Chauzy,

à franceinfo

Chauzy a choisi de travailler en noir et blanc, de simples crayonnés quand les souvenirs des jours heureux affleurent, à l’encre de Chine plus ou moins épaisse, qui fuse sur le papier en fonction des humeurs du moment. Du rouge aussi, pour le sang vicié puis sain, qui bouillonne et pulse dans le corps affaibli.

Quand la couleur, la vraie, revient dans les dernières pages, l’envie nous prend de tout lâcher pour aller nous promener et profiter de la vie.

Sang neuf de Jean-Christophe Chauzy, aux éditions Casterman

BD BANDE DESSINÉE - JC Chauzy long
Plus loin avec Chauzy...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.