Riad Sattouf : "Le futur est dans l'absence de nation"

Riad Sattouf est invité sur le plateau du Grand Soir 3 ce mardi 4 octobre pour évoquer la sortie jeudi du 3e tome de sa saga "L'Arabe du Futur".

France 3

Les deux premiers tomes de la saga L'Arabe du futur se sont très bien vendus. Le 3e tome est donc très attendu. Riad Sattouf y raconte son enfance en Syrie avant de déménager en France avec sa mère enceinte.

"C'était une période intéressante, très riche en émotion et en sensation. Je ne la regrette absolument pas dans les deux sens du terme. Je suis content de l'avoir vécue et de l'avoir quittée", raconte l'auteur de bande dessinée dans le Grand Soir 3 ce mardi. Et d'ajouter : "C'était la Syrie bien avant la guerre dans les années 80. Nous habitions un village à côté de Homs. Ma mère venait de Bretagne et mon père était fils de paysan".

Il a connu une Syrie soviétique

Dans ce tome 3, qui sort jeudi 6 octobre, "je suis un peu plus grand et j'ai des souvenirs plus précis de situations et de dialogues. À cette époque, le portrait d'Hafez al-Assad était partout. Mon père l'admirait beaucoup. La Syrie était alors plus un pays plus soviétique que religieux", continue-t-il.

Riad Sattouf a connu Alep avant que la ville soit détruite pas la guerre. "C'est horrible. Ça fait de la peine de voir l'impuissance volontaire du monde", réagit-il. Il ne sait "pas vraiment quel sera le futur du Syrien qui naît aujourd'hui". Il croit "que le futur est dans l'absence de nation".

Le JT
Les autres sujets du JT