BD, bande dessinée. Des musiciens à part

écouter (3min)

le 21 juin, c’est l’été et la fête de la musique. Qu'on sache ou non jouer d'un instrument, on peut déguster une bonne BD qui parle de musique : "Underground" de Nicolas Moog et Arnaud Le Gouëfflec.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 2 min.
UNE COMMUNAUTE DE MUSICIENS TRES SINGULIERS (NICOLAS MOOG, GLENAT)

Ils s’appellent Alex Chilton, Peter Ivers, Lydia Lunch, Brigitte Fontaine, Kraftwerk… On trouve là quelques Européens, mais la plupart des 70 musiciens que le scénariste Arnaud Le Gouëfflec et le dessinateur Nicolas Moog ont compilés dans leur grand livre rouge Underground sont anglo-saxons.

Des personnalités hors de portée

Comme il est dit en sous-titre, tous et toutes sont des rockers maudits et des grandes prêtresses du son. 

Même s’il y a une grande disparité dans les styles musicaux, j’ai l’impression qu’ils font partie d’une confrérie de grands illuminés, un peu comme une société secrète.

Arnaud Le Gouëfflec

Difficile de faire cohabiter le guitariste fou violemment engagé, Eugène Chadbourne, et le clochard céleste, Moondog, vrai SDF aveugle qui zonait sur les trottoirs de New-York, costumé en viking avant d’être accompagné par de grands orchestres symphoniques, ou Daniel Johnston, à l’enfance brisée et Johnathan Richman, l’éternel ado toujours heureux.

Cela fait huit ans que Moog et Gouëfflec, musiciens eux-mêmes, mettent en images le destin de ces personnages plus ou moins barrés, mais toujours éminemment graphiques, comme The Residents, que le dessinateur Nicolas Moog apprécie de ce point de vue, tout particulièrement.  

Les Residents sont formidables à dessiner, car ils se cachent derrière des masques en forme de grands yeux globuleux.

Nicolas Moog

Pour découvrir aussi la moustache en guidon de vélo de Billy Childish, les amants gothiques Lux Interior et Poison Ivy, Kevin Coyne, le travailleur social à la voix rageuse et folle, ou Townes Van Zandt, l’homme invisible,

Underground, 300 pages, aux éditions Glénat.  

INFO MANGA (FRANCEINFO)

L’appel des Montagnes, de Tetsuo Ustugi, chez Soleil

L'appel des montagnes (Yama Wo Wataru - Santamadai Gakuburoku) (©Tetsuo Utsugi 2018 / Kadokawa Corporation / Soleil)

Kanada, Kusaba et Kuroki sont trois étudiants accros à la montagne, mais surtout, les seuls membres du club d'alpinisme de leur université. C'est alors que Satoko, passionnée de jeux vidéo, Naomi, adepte de littérature de montagne, et Mana, timide et inquiète à propos de sa condition physique, poussent timidement la porte du club. Devant l’enthousiasme de ces derniers membres elles vont doucement se laisser séduire.

Sortez votre matériel et dépasser vos appréhensions vis-à-vis de la randonnée et de la montagne. Les membres du club vont vous faire gravir le mont Takao, réparer le matériel et vous aider à dépasser vos peurs. Le manga nous fait découvrir l'univers de l'alpinisme avec humour, bonne humeur et passion. Le trait réaliste permet d'exprimer les émotions des personnages et un soin est apporté au dessin des montagnes, et à la nature en général.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers BD, bande dessinée

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.