Au fil de l'eau. La magie hydraulique de Versailles

écouter (3min)

Au fil de l'eau, à l'occasion des Journées du patrimoine, nous entraîne dans la magie hydraulique de Versailles avec Alain Baraton, le jardinier en chef du domaine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Spectacle des Grandes eaux dans le Parc du Château de Versailles dans les  Yvelines, Le bassin de Neptune a été créé en 1739 par Lambert-Sigisbert Adam et son frère Nicolas-Sébastien.  (ROSINE MAZIN / AURIMAGES VIA AFP)

L'eau a toujours été une quête et un pari à Versailles ! Le domaine a été construit sur un terrain marécageux, mais le site manquait d'eau pourtant. Il a fallu redoubler d'imagination pour alimenter les 900 jets d'eau mais aussi les 55 bassins et fontaines.

L’eau à Versailles, c'est une épopée ! 

Alain Baraton, jardinier en chef du Domaine de Versailles

Le défi de l'eau  

Le système hydraulique de Versailles a été mis au point au départ par les Francine, célèbre dynastie de fontainiers, originaire de Florence, qui fut au service des rois de France, et bien sûr de Louis XIV. Sous le règne de Louis XIII, ils avaient déjà imaginé un système d'aspiration pour capter l'eau jusqu'à 160 mètres de hauteur au-dessus de la Seine. Il s'agissait en fait d'une pompe mécanique qui puisait l'eau dans les étangs situés autour de Versailles.

Il faut bien comprendre qu'il n'y a ni rivière ni fleuve autour du domaine, donc l'eau est captée dans tous les bassins avoisinants, car Versailles est située dans une zone humide. Tout l'enjeu était de canaliser l'eau, d'assécher certaines parties et d'acheminer l'eau vers les fontaines. "On va détourner les mares, les étangs, et tous les points d'eau pour alimenter Versailles", explique Alain Baraton.

Spectacle des Grandes eaux dans le Parc du Château de Versailles dans les Yvelines. Le bassin de Latone a été créé par les frères Marsy en 1670 (ROSINE MAZIN / AURIMAGES VIA AFP)

Très rapidement un réservoir de 600 mètres cube est construit près de l'étang de Clagny, mais là encore le système sera jugé insuffisant. En 1681, il est décidé d'aller puiser l'eau dans la Seine, c'est l'époque de la machine de Marly, située à Bougival.

"L’engin était extrêmement complexe", explique Alain Baraton. La machine de Marly fonctionne avec 14 roues de 12 mètres de diamètre. Elle a fonctionné pendant 133 ans, mais elle n'a jamais réussi à fournir le débit attendu. En 1817, elle a été remplacée par une succession de pompes plus performantes, jusqu'à la mise au point de pompes électriques en 1968.  

"Vue de la machine de l'aqueduc de Marly installée a Bougival". L'aqueduc de Louveciennes (ou de Marly) permettait d'alimenter Versailles et le chateau de Marly en eau. Detail. Peinture de Pierre-Denis Martin (1663-1742). (LEEMAGE VIA AFP)

35 kilomètres de canalisations  

Le réseau souterrain actuel compte 35 kilomètres de canalisations, ce qui permet d'envoyer 9 000 mètres cube d'eau dans les 55 bassins et fontaines du domaine. La plupart des fontaines fonctionnent toujours manuellement grâce à une clef lyre d'époque. Cette clé permet de tourner le carré placé au-dessus des vannes qui ont la particularité de s'ouvrir dans le sens des aiguilles d'une montre.

A la fin du règne de Louis XIV, les jardins de Versailles comptaient 1 600 jets d'eau, soit quatre fois plus qu'aujourd'hui. Cela entraînait une consommation d'eau de 6 300 mètres cube par heure. Il y avait une ruse pour économiser l'eau, au coup de sifflet, on actionnait les fontaines quand le roi arrivait, et on les éteignait au deuxième coup de sifflet, lorsque le roi était passé. Aujourd'hui encore, on estime que la consommation d'eau pour alimenter les bassins et les fontaines tourne autour de 3 000 mètres cube d'eau par heure !        

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Au fil de l'eau

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.