Relations entre Emmanuel Macron et Joe Biden, présidentielle américaine... Le "8h30 franceinfo" de Corentin Sellin

L'historien spécialiste des Etats-Unis était l'invité du "8h30 franceinfo", samedi 8 juin 2024.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 16 min
La spécialiste des Etats-Unis Corentin Sellin, sur franceinfo le 8 juin 2024. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Corentin Sellin, professeur d'histoire, spécialiste des Etats-Unis et chroniqueur pour "Les Jours", était l'invité du "8h30 franceinfo", samedi 8 juin 2024. Visite d'Etat de Joe Biden en France, campagne pour l'élection présidentielle américaine... Il répondait aux questions d'Agathe Lambret et Jean-Rémi Baudot. 

Emmanuel Macron et Joe Biden : "Deux hommes dont les idées convergent"

"L'entente paraît bonne" entre les présidents français et américain, estime Corentin Sellin, alors que Joe Biden démarre sa visite d'Etat en France samedi 8 juin. "On a deux hommes dont les idées convergent. Ce sont deux chefs d'Etat qui sont engagés dans la défense de la démocratie libérale, qui mettent ça vraiment en tête de leur agenda", détaille le spécialiste, qui observe que les deux chefs d'Etat "ont profité des commémorations [des 80 ans du Débarquement en Normandie] pour rappeler les valeurs démocratiques et libérales".

Corentin Sellin fait toutefois une différence entre cette relation et celle qui liait Emmanuel Macron au prédécesseur de Joe Biden : "on voit donc une relation tout à fait cordiale et amicale mais qui n'est peut-être pas aussi interpersonnelle qu'elle l'était peut-être à l'époque de Trump".

Présidentielle américaine : la bataille "va se jouer sur un déficit d'enthousiasme"

"Si Biden n'arrive pas à ré-énergiser, à re-mobiliser son socle, il sera en danger" pour la présidentielle américaine, analyse Corentin Sellin. La "bataille" entre Donald Trump et Joe Biden qui se profile pour novembre 2024, "va se jouer sur un déficit d'enthousiasme", selon le spécialiste. 

La prise de position pro-israélienne de Joe Biden lui a fait perdre une partie de son électorat."La jeunesse est beaucoup plus favorable à la cause palestinienne que les plus anciens qui sont plus favorables à Israël, c'est particulièrement vrai chez les démocrates", explique Corentin Sellin. Conséquence : depuis quelques mois, on voit dans les sondages que "les jeunes de 18 à 29 ans l'abandonnent [Joe Biden]"

Du côté des républicains, "le socle de Trump est plus enthousiaste que le socle de Biden", détaille historien spécialiste de la politique américaine. Même si les jeunes ne "vont sûrement pas voter Trump", ils pourront se tourner vers l'abstention ou vers un candidat tiers, notamment "Robert Kennedy, tiers candidat complotiste", qui "attire beaucoup le vote de la jeunesse dans les sondages", souligne Corentin Sellin.


Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du samedi 8 juin 2024 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.