Les sanctions prises contre la Russie, la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle... le "8h30 franceinfo" d'Olivier Dussopt

écouter (26min)

Olivier Dussopt, le ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics, était l'invité du 8h30 franceinfo de ce samedi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Olivier Dussopt, le 5 mars 2022, sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Nous travaillons à un plan de résilience économique et sociale pour accompagner les entreprises concernées par les sanctions" prises dans le cadre du conflit en Ukraine, ce plan sera annoncé "dans quelques jours", souligne samedi 5 mars sur franceinfo Olivier Dussopt, sans donner de date précise.

"Nous voulons répondre de manière efficace et ciblée pour aider les secteurs et les entreprises impactés", a déclaré le ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics. "Nous devons aussi travailler avec la Commission européenne. En sachant que nous avons déjà des boucliers efficaces, que nous sommes dans une période de croissance très forte, il vaut mieux prendre quelques jours pour avoir un plan efficace et bien ciselé que de se précipiter", a-t-il ajouté.

Les entreprises incitées à "une forme de solidarité"

Concernant les entreprises françaises en Russie, "nous ne pouvons pas encourager les entreprises à plier bagage", mais "nous les encourageons à une forme de solidarité et d’action" vis-à-vis de la politique menée par la France et l’Union européenne dans cette guerre en Ukraine, a poursuivi Olivier Dussopt.

De nombreuses sanctions ont été prises par l'Europe, notamment contre la Russie. Des contre-mesures "sont une possibilité", reconnait-il. "Le régime russe a déjà interdit le survol de son territoire aux compagnies européennes. Il y a toujours une possibilité de contrer les sanctions. Cela peut porter sur des questions comme l'énergie, qui peuvent concerner les avoirs, les actifs qui sont propriétés de sociétés européennes ou françaises en Russie."

Le gouvernement français travaille, "à la demande du président, à l'établissement d'un plan de soutien pour accompagner les entreprises concernées par les sanctions et les contre-sanctions", a réaffirmé Olivier Dussopt. Quatre navires et un yacht ont fait l'objet d'une saisie ou d'un gel à ce stade par les douanes françaises dans le cadre des sanctions européennes à l'encontre de la Russie. "Le fait de geler un bien ou des avoirs bancaires ne signifie pas que nous retirons la propriété", a-t-il expliqué. 

"Nous gelons parce que le règlement des sanctions prévoit un gel. Nous sommes dans un Etat de droit et lorsqu'on va vers la confiscation, l'expropriation, on touche à la question du droit de propriété et cela nécessite une procédure pénale."

Olivier Dussopt

à franceinfo

Les fraudes sont également surveillées de près. "Si nous voulons que le gel soit efficace il faut savoir ce qui est gelé. Cela nous permet de bien discerner ce qui appartient aux personnes sanctionnées. Si à l'occasion d'un gel une fraude est découverte nous ouvrons des procédures", a-t-il conclu.

Le gouvernement maintient ses prévisions de croissance

Le gouvernement prévoit une croissance de 4% pour 2022 et "Nous sommes sur une hypothèse qui consiste à maintenir cette prévision de croissance", a déclaré le ministre.

"Nous ne savons pas encore mesurer, personne ne le sait à l'échelle mondiale, les conséquences de cette crise sur la croissance mondiale donc sur la croissance européenne et donc la croissance française", a-t-il ajouté.

"Nous sommes le premier gouvernement à avoir tenu la règle des 3%, à avoir stabilisé le niveau de la dette par rapport au PIB et à avoir baissé les impôts."

Olivier Dussopt

à franceinfo

"De 2017 à 2020 avant la crise Covid nous avons limité l'augmentation des dépenses de l'Etat, des dépenses publiques en général, à 0,8% par an", a-t-il poursuivi. "Malgré la crise, à l'échelle du quinquennat nous aurons baissé les impôts de 50 milliards, la moitié pour les Français et la moitié pour les entreprises. Nous le faisons de manière raisonnable et avec la volonté de ne pas étouffer la croissance pour ne pas reproduire les erreurs des années dernières", a affirmé Olivier Dussopt.

Par ailleurs, Emmanuel Macron dans sa "Lettre aux Français", publiée dans la presse régionale, a indiqué qu'il allait falloir travailler plus. "Nous sommes dans une perspective de redressement, c'est une ligne concrète et constante que le président de la République a tenue. Nous devons produire, être plus autonome, produire des richesses parce que c'est cela qui permet la solidarité", a affirmé le ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.