8h30 franceinfo, France info

Hommage à Jacques Chirac : "Je pense qu'il aurait adoré ce côté populaire où un homme égale un homme", estime son ancien ministre P. Douste-Blazy

L'ancien ministre de la Santé et des Affaires étrangères de Jacques Chirac revient sur franceinfo sur l'hommage populaire qui sera rendu à l'ancien chef de l'État aux Invalides, à Paris.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Philippe Douste-Blazy, sur franceinfo, dimanche 29 septembre.
Philippe Douste-Blazy, sur franceinfo, dimanche 29 septembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"C’est une formidable idée d’avoir permis à tous les Français de venir. Il n'y aura pas d'un côté des élus, de l'autre des corps constitués, de l'autre des religieux, non, il y aura les Français", s'est réjoui dimanche 29 septembre sur franceinfo Philippe Douste-Blazy, l'ancien Ministre de la Santé et des Affaires étrangères de Jacques Chirac au sujet de l'hommage populaire qui lui sera rendu aux Invalides à partir de 14 heures.

Je pense qu'il aurait aimé cela. Je pense qu'il aurait adoré ce côté populaire où un homme égale un homme et où il n'y a pas de différence. Les plus "modestes" étant les égaux des autres.

Philippe Douste-Blazy

à franceinfo

"Ce n'est qu'après que les gens ont mieux compris le caractère global de Jacques Chirac", affirme Philippe Douste-Blazy concernant l'élan populaire qui entoure la personne de l'ancien chef de l'État.

>>  Jacques Chirac considéré comme le meilleur président de la Ve République avec Charles de Gaulle 

"Jacques Chirac est un homme extrêmement complexe, poursuit l'ancien ministre, qui voulait paraître pour quelqu'un d’inculte alors qu’il est très cultivé, qui est passé à droite alors que foncièrement, je peux vous l’assurer, il était plutôt de centre, voire de centre-gauche.

À la fin il y a ce paquet global qui permet aux Français de se dire : "Cet homme nous aimait." Il a fait des erreurs, comme tout le monde, mais il nous aimait.

Philippe Douste-Blazy

à franceinfo

"Je crois aussi que la partie internationale joue beaucoup" [dans sa popularité], poursuit-il en référence au refus de Jacques Chirac devant la guerre en Irak. "Les peuples sont comme cela : ils veulent être dirigés par quelqu'un dont ils sont fiers à l'international, qui nous représente. Je pense que c'est extrêmement important ce moment où il dit non à la plus grande puissance militaire du monde avec laquelle nous avons des accords de commerce colossaux. C'est extrêmement constitutif d'un homme d'État dans l'esprit des Français."

Philippe Douste-Blazy, sur franceinfo, dimanche 29 septembre.
Philippe Douste-Blazy, sur franceinfo, dimanche 29 septembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)