Covid-19 : l'infectiologue Benjamin Davido s'attend à un "sursaut des contaminations" mi-août

écouter (7min)

L'infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 8 juillet 2021.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches était l'invité du "8h30 franceinfo", jeudi 8 juillet 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Pour l'instant il n'y a pas de vague hospitalière. Il y a un épisode de reprise des contaminations", déclare Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), invité du "8h30 franceinfo", jeudi 8 juillet 2021.

>> DIRECT : suivez les conséquences de la hausse du nombres de contaminations liées au variant Delta dans notre live

Cet été, "je pense qu'on va avoir un sursaut des contaminations avec le brassage de la population et surtout le chassé-croisé à partir de la mi-août", explique-t-il. D'où la nécessité de ne négliger aucun moyen pour accélérer la vaccination. "Il faut sortir les sorbetières, vous enlevez toutes les glaces, les chouchous et pralinés, vous mettez du vaccin et vous y allez". Il faut aussi, à l'entendre, "des ambassadeurs" du vaccin. L'infectiologue suggère ainsi à l'équipe de France de football "d'aller signer des autographes au Stade de France", où un grand centre de vaccination est installé.

L'exemple britannique

En matière de vaccination contre le Covid-19, le Royaume-Uni a "deux mois d'avance sur nous", assure Benjamin Davido. De l'autre côté de la Manche, "deux tiers de la population a reçu un schéma complet" de vaccination, explique-t-il. "Nous, on a deux mois de retard, ce qui me fait craindre qu'on aura probablement un petit sursaut des hospitalisations, j'espère le plus tard possible, qu'on sera capable de gérer", ajoute l'infectiologue.

Mardi 6 juillet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé la levée dès le 19 juillet des restrictions sanitaires encore en vigueur en Angleterre contre le coronavirus, dont l'obligation de porter un masque dans les endroits publics fermés. "Un pari calculé", pour Benjamin Davido, qui a observé que "le pays est le plus infecté déjà au [variant] Delta", qui a "deux tiers" de sa population totalement vaccinée.

En France, 38,3 % de la population française totale a un schéma vaccinal complet. "Il faut se protéger les uns les autres, jouer collectif", lance l'infectiologue qui cite une "étude de l'Institut Pasteur" selon laquelle "on a 12 fois plus de chances d'être contaminé par quelqu'un qui n'est pas vacciné". "Quand bien même on ferait partie des 10% vaccinés qui vont transmettre, on aura deux fois moins de quantité de virus, deux fois moins de chances de contaminer", ajoute-t-il.

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du jeudi 8 juillet 2021 :

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 8h30 franceinfo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.