Congrès LR : Amélie de Montchalin fustige "Éric Pécresse" et "Valérie Ciotti", représentants "d'une droite rabougrie"

écouter (26min)

La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques était l'invitée du "8h30 franceinfo", samedi 4 décembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, était l'invitée du "8h30 franceinfo", samedi 4 décembre. Elle répondait aux questions d'Ersin Leibowitch et de Myriam Encaoua. 
 (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Éric Ciotti, on pourrait l'appeler Éric Pécresse" et "Valérie Pécresse, on pourrait l'appeler Valérie Ciotti", a déclaré Amélie de Montchalin, samedi 4 décembre sur franceinfo. Le nom du candidat ou de la candidate du parti Les Républicains à l'élection présidentielle sera connu à 14h30, à l'issue du second tour du vote des militants. Pour la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, les deux prétendants à l'investiture de LR pour la présidentielle sont les représentants "d'une droite qui rétrécit, qui est rabougrie, qui est dans un esprit de déclin, de défaite".

"Leurs idées, c'est Reagan et Thatcher"

"Au fond", Éric Ciotti et Valérie Pécresse "s'appellent tous les deux Fillon", a taclé Amélie de Montchalin, en référence au candidat malheureux de LR en 2017, qui prévoyait de sabrer dans les effectifs de la fonction publique. "Sur l'État, leurs idées, c'est Reagan et Thatcher, c'est le néolibéralisme des années 80, c'est mettre les fonctionnaires sur le billot, les découper à la hache", a-t-elle estimé. Le député des Alpes-Maritimes promet 250 000 suppressions de postes dans la fonction publique. La présidente de la région Île-de-France, elle, veut en supprimer près de 200 000.

"J'ai quitté la droite en 2016 parce qu'à un moment donné, elle ne parlait plus qu'à elle-même, plus que d'elle-même, elle était dans un esprit de division, de rétrécissement", a affirmé Amélie de Montchalin, dénonçant la "surenchère permanente" de son ancienne famille politique. "Rejoignez-nous", a-t-elle lancé, s'adressant aux "électeurs du centre et de la droite". D'après elle, la majorité présidentielle est "dans un esprit de rassemblement, de dépassement" et "accueille les uns et les autres quand ils ont des idées parce qu'ils veulent servir leur pays" qui "a besoin d'avoir une vision d'avenir qui ne soit pas le déclin, la revanche et la défaite".

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du samedi 4 décembre 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.