Vidéo Présidentielle 2022 : Valérie Pécresse veut supprimer "près de 200 000 postes" dans l'administration en arrêtant les "doublons"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Si la candidate à l'investiture de LR pour la présidentielle veut supprimer des postes de fonctionnaires, elle prévoit aussi "des créations de postes dans les trois missions cruciales que sont : éduquer, protéger et soigner."

"Je vais dénormer, je vais débureaucratiser, je vais supprimer des procédures", a déclaré Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et candidate à l'investiture LR à l'élection présidentielle, mercredi 20 octobre sur franceinfo, alors qu'elle était interrogée sur sa proposition de supprimer "près de 200 000 postes dans un certain nombre de fonctions d'administration", si elle accède à l'Élysée. "Comment ça marche ? On arrête les doublons", a lancé la candidate à l'investiture de LR pour la présidentielle.

"Aujourd'hui, l'État, les régions, départements et les communes font tout en même temps, avec des services qui se concurrencent", a estimé Valérie Pécresse. "Si vous prenez typiquement les aides aux entreprises aujourd'hui, l'État fait exactement les mêmes aides que les régions", a-t-elle poursuivi. "Je vais faire un acte 3 de la décentralisation avec des blocs de compétences", a-t-elle promis, ajoutant que "l'État compensera une partie des surcoûts" pour les collectivités qui hériteront de certaines compétences, "mais supprimera les structures qui font doublon et donc récupérera l'argent sur les frais de structure."

"Il faudra revoir complètement toutes les politiques publiques, ce que j'ai fait dans ma région et c'est pour ça que je suis crédible."

Valérie Pécresse

à franceinfo

"J'ai fait 2 milliards d'euros d'économies, supprimé 15 structures et à peu près 10% des postes du siège de la région et des organismes para-associés, pour pouvoir les redéployer et créer plus de postes dans les lycées, par exemple", a souligné la présidente d'Île de France.

"Aucun ministère n'échappera à cette revue générale des politiques publiques", a martelé Valérie Pécresse. Si elle veut supprimer des postes de fonctionnaires, elle prévoit aussi "des créations de postes dans les trois missions cruciales que sont : éduquer, protéger et soigner". Elle "pense notamment à la justice, qui est le parent pauvre de toutes les politiques publiques et qui est aujourd'hui totalement noyée, ce qui pose un énorme problème de sécurité dans notre pays puisqu'elle ne peut pas juger vite et efficacement."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.