Cagnotte en soutien à la famille du policier, rôle de la police, violences urbaines... Le "8h30 franceinfo" de Manuel Bompard

Le coordinateur de La France insoumise était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 4 juillet 2023.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 26 min
Manuel Bompard, coordinateur de La France insoumise était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 4 juillet 2023. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Manuel Bompard, député des Bouches-du-Rhône, coordinateur de La France insoumise, était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 4 juillet 2023. Cagnotte en soutien à la famille du policier, rôle de la police, violences urbaines... Il répond aux questions de Lorrain Sénéchal et Agathe Lambret. 

Cagnotte en soutien à la famille du policier : "C’est une provocation, c’est scandaleux"

"C'est une provocation, c'est scandaleux", réagit Manuel Bompard , alors que la cagnotte lancée en soutien à la famille du policier qui a tué Nahel a dépassé le million d'euros. "Bien sûr" qu'il faut la fermer, estime le coordinateur de La France insoumise (LFI), car elle véhicule des "signaux", des "symboles" et des "messages" qu'il "trouve totalement inacceptables".

Le député des Bouches-du-Rhône est "scandalisé par le fait qu'interrogés sur ce sujet, les ministres du gouvernement considèrent que ce n'est pas le problème et que ce n'est pas le sujet".

Mort de Nahel : "C’est une réalité, la police tue"

"C’est une réalité, la police tue", Manuel Bompard, après la mort de Nahel, tué par un policier, lors d'un contrôle routier, mardi 27 juin.

"Je mets en cause la police comme système, pas l’ensemble des individus qui y travaillent. Et parfois, la police ment aussi", poursuit le député LFI des Bouches-du-Rhône.

Violences urbaines : "Le rôle d’un élu, c’est de poser sur la table des propositions politiques pour faire en sorte que le calme puisse revenir"

"Le rôle d’un élu, c’est de poser sur la table des propositions politiques pour faire en sorte que le calme puisse revenir", estime Manuel Bompard.

Il réclame l'"abrogation de la disposition législative de 2017", votée dans un contexte post-attentats, qui modifie les règles d'usage de l'arme de service des policiers. "La question maintenant, c’est comment on crée les conditions pour que ce qui s’est passé les dernières nuits ne se reproduise pas dans plusieurs mois ou plusieurs années".

-------------------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 4 juillet 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.