8h30 Toussaint-Aphatie, France info

"Les petites taxes vont être supprimées peu à peu", a assuré Gérald Darmanin

Le ministre de l'Action et des comptes publics, invité de franceinfo mercredi, va proposer au Premier ministre de mettre "200 millions d'euros ou un peu plus", dans le budget 2019 pour supprimer de nombreuses petites taxes. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Gérald Darmanin, ministre de l\'Action et des Comptes publics.
Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics, invité de franceinfo mercredi 25 avril, a annoncé qu'il allait faire au Premier ministre, Edouard Philippe, une proposition pour "supprimer peu à peu des petites taxes". Le ministre souhaite "mettre 200 millions, et même un peu plus dans le budget 2019, pour supprimer des petites taxes, dont beaucoup handicapent la vie française". Le ministre a précisé qu'il s'agirait de "200 millions par an"

Gérald Darmanin a cité "la taxe farine", comme exemple de "complexité (...) un peu absurde". Cette taxe, payée par les meuniers, représente selon l'Association nationale de la meunerie française (ANMF), environ 58 millions d'euros par an. 

Alors que la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, a évoqué mardi la piste d'une "taxe mégot", le ministre a assuré qu'"il n'y aura pas de taxe mégot (...) ni pour les consommateurs, ni en répercussion sur le prix du tabac, qui augmentent pour d'autres raisons, parce que l'on veut empêcher les gens de fumer". Rappelant que ce sont les communes qui "subissent et ramassent les mégots", le ministre a estimé nécessaire de "travailler sur la fillière". 

De plus, Gérald Darmanin, rappelle qu'"un moratoire a été décidé en conseil des ministres, proposé avec Bruno Le Maire, [ministre de l'Economie] et validé par le Premier ministre, pour que toute nouvelle taxe qui ne recevrait pas 150 millions d'euros au moins de recettes ne pourrait pas voir le jour". 

Une reprise de la dette de la SNCF "sans augmentation d'impôt"

Par ailleurs le ministre de l'Action et des comptes publics a assuré que la reprise de la dette de la SNCF par l'État à partir de 2020, se fera "sans augmentation d'impôt", alors que le Premier ministre avait évoqué la veille "un effort supplémentaires des contribuables""Cela veut dire que le contribuable doit comprendre que ses impôts, qui n'augmenteront pas et qui auront même tendance à baisser, notamment sur la fiscalité locale, vont payer la dette et les frais financiers de la SNCF", a expliqué le ministre. "Nous le ferons sans impôts, en diminuant les dépenses publiques", a-t-il indiqué.  
 

La prime pour Carlos Tavares : "pas forcément nécessaire"

Interrogé sur la la prime d'un million d'euros octroyée par les actionnaires de PSA à Carlos Tavares, PDG du constructeur automobile, Gérald Darmanin s'est interrogé sur la redondance de la rémunération exceptionnelle.

"Ce que je trouve choquant, c'est que monsieur Tavares, qui est sans doute un très bon chef d'entreprise est payé, et bien payé semble-t-il, pour redresser son entreprise, ce qu'il faitEt là, il aurait une prime en plus par rapport à ce qu'il est déja payé pour redresser son entreprise" ", a déclaré Gérald Darmanin. Je pense que ce n'est pas forcément nécessaire."

Regardez l'intégralité de l'entretien de Gérald Darmanin sur franceinfo le 25 avril 2018.

Gérald Darmanin, ministre de l\'Action et des Comptes publics.
Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)