8h30 Toussaint-Aphatie, France info

Agressions de policiers : "Le gouvernement est dans l'incapacité totale à prendre la mesure du problème", accuse le député FN Sébastien Chenu

Après les agressions de policiers durant la nuit de la Saint-Sylvestre, Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Front national, a regretté mardi sur franceinfo que le gouvernement ne prenne pas "la mesure du problème".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Sébastien Chenu, député du Nord, porte-parole du FN, était l\'invité de franceinfo.
Sébastien Chenu, député du Nord, porte-parole du FN, était l'invité de franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Le gouvernement est dans "l'incapacité totale à prendre la mesure du problème" après les agressions de policiers durant la nuit de la Saint-Sylvestre, a estimé ce mardi sur franceinfo Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Front national.

"Cette nuit de la Saint-Sylvestre ne s’est pas bien passée, contrairement encore à ce qu’a dit Gérard Collomb", estime-t-il. "Le ministre de l'Intérieur ne peut pas dire que la nuit de la Saint-Sylvestre se soit bien passée. Les forces de l'ordre ont encore une fois été les plus malmenées", a ajouté le député du Nord. "Le gouvernement ne prend pas la mesure de ce qui se passe dans notre pays : oui il y a des phénomènes de guérilla urbaine, oui il y a une délinquance endémique dans ce pays, et rien n’est fait en face pour prendre la mesure, ni pour protéger les policiers, ni pour leur donner les moyens d’accomplir leurs missions", regrette l'élu.

"Il faut renverser la charge [de la preuve]"

La présidente du FN Marine Le Pen a à nouveau proposé une "présomption de légitime défense" pour les policiers. "Il faut renverser la charge [de la preuve]. Il faut que nos forces de l’ordre se sentent sécurisées quand elles appliquent la loi", a approuvé Sébastien Chenu, pour qui cette mesure "n'existe pas dans la loi aujourd'hui" : "Nous l'avons proposée, cela a été refusé", a-t-il précisé. Interrogé sur la "police de sécurité du quotidien", dispositif qui doit être testé dans quinze villes de France en ce début d'année, Sébastien Chenu s'interroge : "Qu'est-ce que l'on va tester ?". "On va voir ce que ça donne. On n'arrive pas en disant tout est bon à jeter. Gérard Collomb, à l’inverse de Christophe Collomb, n'a pas de boussole. On ne sait pas le budget qui permettra à cette police de proximité de fonctionner. On ne connaît pas ses missions", a déploré le député du Nord, qui fustige un "manque de moyens cruel".

"On souhaitait au moins 50 000 policiers de plus sur le terrain", a rappelé le député Front national. "Il y a la vétusté de nos commissariats, la vétusté de nos équipements, a-t-il poursuivi. "Les policiers de France vivent dans des conditions qui ne sont pas acceptables", a ajouté Sébastien Chenu, qui a également plaidé pour un "réarmement psychologique, physique" des policiers français.

"Moi je ne fais pas mes discours en ch’ti !"

La nouvelle collectivité territoriale corse voit le jour ce mardi. A cette occasion, le président sortant de l'Assemblée de Corse qui devrait se succéder à lui-même, Jean-Guy Talamoni, annonce dans Le Parisien ce mardi qu'il va faire son discours d'investiture intégralement en corse. Une décision qui "choque" le député FN du Nord : "Moi je ne fais pas mes discours en ch’ti ! Je pense que c'est une provocation qui est regrettable", a réagi l'élu. "Je ne reproche pas aux Corses de parler corse. Pas du tout. Je pense même que c'est une richesse incroyable.. En revanche on est dans la République, et on a le sentiment que le président du conseil exécutif cherche à s’éloigner du cadre de la République française", a déploré Sébastien Chenu.

Interrogé sur les missions de Jacqueline Gourault, la nouvelle "Madame Corse" auprès du ministre de l'Intérieur, Sébastien Chenu a estimé sa nomination témoignait d'un "amateurisme" du gouvernement. "On a nommé un matin une Madame Corse, sans feuille de route, sans objectifs, sans mission. Elle-même était dans l'incapacité de l'exprimer. On attend qu'elle le fasse devant la représentation nationale. C'est un peu flou", a conclu le député FN du Nord.

Sébastien Chenu, député du Nord, porte-parole du FN, était l\'invité de franceinfo.
Sébastien Chenu, député du Nord, porte-parole du FN, était l'invité de franceinfo. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)