Présidentielle : "Il y a une opportunité de chasser l'extrême-droite dès le premier tour", estime le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon

écouter (7min)

"L'ensemble des trente réunions publiques que nous faisons chaque semaine sont à chaque fois pleines", décrit Manuel Bompard.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, était l'invité de franceinfo vendredi 18 mars 2022. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

"Il y a une opportunité historique de faire en sorte que Jean-Luc Mélenchon puisse être qualifié pour disputer le deuxième tour face à Emmanuel Macron" et de "chasser l'extrême-droite dès le premier tour", estime vendredi 18 mars sur franceinfo, Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, alors que le candidat de la France insoumise à l'élection présidentielle se place en troisième position des intentions de vote dans le dernier sondage Ipsos Sopra Steria pour franceinfo/Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Même s'il se dit "toujours critique sur les sondages", l'eurodéputé juge qu'il "y a une dynamique très forte autour de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. L'ensemble des trente réunions publiques que nous faisons chaque semaine sont à chaque fois pleines. Et donc, nous y croyons bien sûr". Manuel Bompard dit vouloir "imposer un débat avec Emmanuel Macron sur les grandes questions" comme l'âge de départ à la retraite, le SMIC ou encore l'inflation.

"Donner le sentiment que ceux qui sont au chômage ne veulent pas travailler"

Le chef de l'Etat a présenté jeudi 17 mars son programme, et propose notamment de soumettre le versement du revenu de solidarité active à une activité de 15 à 20 heures par semaine. "C'est très cruel de donner le sentiment que, finalement, ceux qui sont au chômage ou au RSA le sont parce qu'ils ne voudraient pas travailler", déplore le directeur de campagne, pour qui "si Emmanuel Macron a du travail pour 15 à 20 heures, le mieux c'est de transformer ça en contrat de travail".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.