Législatives 2022 : "Les Républicains seront les seuls candidats libres", affirme Pierre-Henri Dumont, secrétaire général adjoint du parti

écouter (7min)

"On a une ligne de conduite et on s'y tient, contrairement aux socialistes et aux écologistes qui s'allient avec un populiste", a déclaré vendredi sur franceinfo, Pierre-Henri Dumont, secrétaire général adjoint des Républicains. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pierre-Henri Dumont, député de Pas-de-Calais, dans la salle des quatre colonnes de l'Assemblée nationale, à Paris, le 12 novembre, 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Les Républicains sont les seuls candidats dans les 577 circonscriptions de France qui seront libres", a déclaré sur franceinfo Pierre-Henri Dumont, député du Pas-de-Calais et secrétaire général adjoint du parti, critiquant l'accord trouvé à gauche en vue des élections législatives qui n'a "pour seul objectif que de faire élire Jean-Luc Mélenchon Premier ministre".

Selon lui, la gauche comme le Rassemblement national et la majorité présidentielle utilisent ces élections législatives "dans l'intérêt de leur chef de parti". "À quel moment parle-t-on des Français ? Jamais ! Il n'y a que nous qui en parlons", affirme-t-il.

Aucun accord possible

Pierre-Henri Dumont a estimé qu'un accord à droite avec le RN n'était pas possible. "Nous n'avons rien en commun avec le RN, qui ressemble beaucoup plus à LFI qu'aux Républicains", attaque-t-il. "On a une ligne de conduite et on s'y tient, contrairement aux socialistes et aux écologistes qui s'allient avec un populiste", ajoute Pierre-Henri Dumont.

Du côté de la majorité présidentielle, le député du Pas-de-Calais ne craint pas une hémorragie de départ. "Les députés LR sont fidèles à leurs électeurs, assure-t-il, et ceux qui seront candidats sous une double étiquette LR et En Marche seront exclus des Républicains", tout comme ceux qui deviendraient ministres. Selon lui, Emmanuel Macron n'a pas changé, "avec lui, on sait bien qu'à la fin, il n'y aura que des cocus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.