Cet article date de plus de deux ans.

"Gilets jaunes" : les forces de l'ordre "ont fait un usage proportionné des armes nécessaires", estime la députée LREM Aurore Bergé

écouter (7min)

Aurore Bergé était l'invitée du 19h20 politique de franceinfo lundi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La députée LREM Aurore Bergé le 28 janvier 2019 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

En déplacement en Égypte, Emmanuel Macron a "déploré" lundi 28 janvier la mort de 11 personnes lors du mouvement des "gilets jaunes". Le président a insisté sur le fait "qu'aucun" n'avait été victime des forces de l'ordre. Samedi, un "gilet jaune" a perdu un œil. Les forces de l'ordre "ont fait un usage proportionné des armes nécessaires", a estimé sur franceinfo Aurore Bergé, porte-parole de LREM.

Les vidéos prises lors des manifestations de samedi montrent "des images de violence à l'encontre des journalistes, des forces de l'ordre ou des forces de secours et dans ces cas-là, les forces de l'ordre font un usage toujours proportionné des armes nécessaires pour maintenir l'ordre".

Loi anti-casseurs examinée mardi

Si l'inspection générale de la police a été saisie, c'est parce que "dans une démocratie", dès qu'il y a "une suspicion, immédiatement, une enquête est diligentée pour savoir exactement ce qu'il s'est déroulé".  Le mouvement des "gilets jaunes" dure depuis 11 semaines et Aurore Bergé a pointé du doigt le fait que "ce sont de plus en plus des manifestations politiques et qu'à chaque fois il y a des violences. Cela n'était pas le cas des deux manifestations de ce dimanche" organisées notamment par les "foulards rouges".

L'Assemblée nationale va examiner mardi une proposition de loi anti-casseurs. "Cette proposition ne me pose aucun problème. Si on veut dans notre pays qu'on ait toujours le droit de manifester il faut faire en sorte que ceux qui cherchent à casser puissent être immédiatement repérés", a insisté Aurore Bergé qui souhaite "que l'on aille plus loin sur des mesures de fermeté".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.