Cet article date de plus d'un an.

Affaire Bastien Vivès : "Cette bande dessinée est toujours en vente", s'inquiète la secrétaire d'État chargée de l'Enfance

Une exposition sur l'œuvre de Bastien Vivès au festival d'Angoulême a été annulée, après des menaces contre l'auteur, accusé de promouvoir la pédopornographie.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 7 min
La secrétaire d'Etat chargée de l'Enfance, Charlotte Caubel, était l'invitée de franceinfo, jeudi 15 décembre 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Après la polémique et l'annulation d'une exposition du festival d'Angoulême consacrée au dessinateur Bastien Vivès, accusé de promouvoir la pédopornographie, la secrétaire d'État chargée de l'Enfance Charlotte Caubel s'inquiète que "cette bande dessinée soit toujours en vente". "Que va faire la justice, qui a d'ailleurs été déjà saisie d'une plainte, de cette situation-là ?" , se demande-t-elle tout en précisant que "ce n'est pas de (sa) compétence" de secrétaire d'État.

>> Festival de bande dessinée d'Angoulême : pourquoi l'exposition programmée sur Bastien Vivès provoque une levée de boucliers

Magistrate de profession, Charlotte Caubel explique tout de même que "le code pénal est très clair". "Une représentation ou une image d'un mineur en situation pornographique est punie par la loi. Il m'apparaît qu'un certain nombre de dessins de cet humoriste (sic.) relèvent de la loi. C'est à la justice de se prononcer pour qualifier les faits."

Après les excuses de l'auteur, la secrétaire d'État "salue" toutefois que "Bastien Vivès a enfin remarqué l'impact extrêmement violent de ses dessins et de ses propos sur de très nombreuses victimes".

"Je rappelle quand même qu'aujourd'hui, en France, une personne sur dix aurait été victime d'inceste. Deux enfants dans une classe sont victimes d'inceste. On parle d'un phénomène extrêmement violent, traumatisant et ça, c'est important de le rappeler."

Charlotte Caubel, secrétaire d'Etat chargée de l'Enfance

à franceinfo

Retrouvez l'interview en intégralité : 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.