:l'éco, France info

VIDEO. Patrick Artus sur la hausse du prix du pétrole : "On a perdu pratiquement 1% de croissance depuis l'été 2017"

En direct de la 11e édition des Journées de l'économie à Lyon, Jean-Paul Chapel reçoit Patrick Artus, chef économiste de Natixis, dans ":l'éco" pour parler des midterms aux Etats-Unis et de la hausse du prix du pétrole.

Voir la vidéo
franceinfo

"Il y a deux enjeux économiques lors des midterms aux Etats-Unis, deux séries de choses que le président ne peut pas faire s'il n'a pas le soutien de la chambre des représentants. La première est la politique budgétaire. Si l'économie américaine ralentit l'année prochaine, ce qui est probable, Donald Trump a l'intention de faire un nouveau plan de relance budgétaire. Le second sujet est la régulation financière. Donal Trump veut alléger la régulation sur les banques à toutes les normes qui ont été mises en place après la crise" déclare Patrick Artus. Son pronostic sur les éléctions à mi-mandat ? "Je pense que c'est très serré. Même si beaucoup d'américains ne l'aiment pas, il y a quand même 3% de croissance et cela rend le travail des démocrates un peu plus compliqué."

La question AFP : "Le prix du pétrole à beaucoup augmenté cette année. Est-ce une menace pour la croissance française ?" Patrick Artus répond : "Oui. Quand le prix du pétrole augmente de 10$ par baril, cela fait 0,3 point de croissance en moins. Le pétrole a augmenté de 30$ en un an, on a perdu pratiquement 1% de croissance depuis l'été 2017. En plus de cela, il y a la taxation du carbone qui s'ajoute mais l'essentiel c'est le passage de 40$ à 75$ du prix du pétrole." Quelles sont les conséquences sur le pouvoir d'achat des français ? "Aujourd'hui quand l'inflation augmente, les salaires n'augmentent pas beaucoup plus. La charge est donc portée entièrement sur les salariés" explique le chef économiste de Natixis. Quelle est la solution ? "Il faut accroître les revenus d'une manière qui n'est pas liée à la consommation de carburant. Si on augmente la prime pour l'emploi, ce n'est pas lié à la consommation du carburant" conclut-il. 

L'interview s'est achevée avec "Imagine" de John Lennon.