:l'éco, France info

VIDÉO. Olivier Cohn sur le secteur de l'hôtellerie-restauration : “La reprise de nos établissements doit être sanitaire. Elle le sera, nous sommes prêts."

a revoir

Présenté parStéphane Depinoy

Diffusé le 29/05/2020Durée : 00h6

Olivier Cohn, directeur général de Best Western France, se réjouit de la levée de la règle des 100 kilomètres. “C’est un vrai soulagement. Nos métiers de l'hôtellerie, on accueille des gens qui se déplacent. Cette barrière des 100 km était pour nous très problématique, on ne pouvait pas exercer notre métier.

Olivier Cohn détaille quelques changements opérés dans les établissements. “On fait un ménage complet, on a changé l’ensemble des produits pour nettoyer les chambres d’hôtel, pour mettre en place des procédures avec des produits virucides notamment. On a fait aussi très attention au contenu des chambres pour s’assurer que le virus ne pourrait pas rester accroché sur des rideaux, des coussins décoratifs. On a fait une analyse complète de l’ensemble des produits qu’on trouve dans les chambres et on a retiré ceux qui pourraient être susceptibles de conserver ce virus. On dégrade un tout petit peu la décoration des chambres, malheureusement temporairement, pour assurer au client que le chambre dans laquelle il va séjourner est complètement sécurisé.

Olivier Cohn le concède : “C’est une reprise qui ne va pas être à son maximum.” Il évoque notamment l’espacement minimum dans les restaurants. “On ne va pas être en capacité d’accueillir autant de clients qu’on pouvait les accueillir précédemment. Cependant l’espacement d’un mètre reste quelque chose de raisonnable, accepté par l’ensemble des professionnels, qui est beaucoup moins dangereux économiquement pour les restaurateurs que certaines propositions qu’on a vues il y a encore quelques semaines, où on parlait de 4m². Je pense que l’ensemble des restaurateurs, des hôteliers-restaurateurs de France auront cette capacité à s’engager. La reprise de nos établissements doit être sanitaire, elle le sera, nous sommes prêts.

Y a-t-il déjà eu un boom des réservations ? “C’est encore trop tôt pour le dire. À partir du 18 mai on a commencé à voir un frémissement des réservations pour cet été. On est encore loin des volumes de réservation qu’on pouvait avoir l’année dernière sur la même période, ce qui est assez logique. On en saura un peu plus lundi, une fois le week-end passé, pour voir si les Français vont se lancer dans la réservation de leurs vacances. Bien entendu on les y invite et on peut les rassurer sur les conditions sanitaires dans lesquelles on pourra les accueillir.

Olivier Cohn a évoqué le besoin de saisonniers. “Il y a un véritable enjeu de recrutement dans les prochaines semaines, surtout les littoraux et toutes les zones où on fait appel à des saisonniers de manière régulière. On ne se cache pas que la saison ne sera certainement pas aussi belle qu’elle aurait pu l’être dans des conditions normales. Il va falloir trouver le juste équilibre entre les recrutements absolument nécessaires pour servir les clients et l’anticipation d’une saison qui sera certainement perturbée.” 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==