Damien Patureaux (Lyzi) : "On est des démocratiseurs"

Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Article rédigé par
Grégory Vincens - franceinfo
France Télévisions

Damien Patureaux, PDG de Lyzi, était l’invité de David Delos ce vendredi 10 juin sur Franceinfo.

Grâce au partenariat avec la start-up Lyzi, les 110 magasins du site commercial parisien Beaugrenelle vont accepter les paiements en cryptomonnaie. Invité de David Delos ce vendredi, Damien Patureaux en explique le fonctionnement. "C’est très simple, la première chose à faire déjà, c’est de télécharger l’application, de procéder à quelques vérifications d’identité, d’acheter le cas échéant votre premier actif numérique". Il convient ensuite de se rendre au pop-up store de Beaugrenelle pour faire une transaction en cryptomonnaie : "Vous nous indiquez le montant de la carte-cadeau que vous souhaitez acheter, et derrière, on fera un paiement en crypto et vous aurez 10 % d’abonnement en plus sur la carte-cadeau". L’application se rémunère grâce à des frais de 1 à 3 % prélevés au moment de la transaction dans les 21 cryptomonnaies acceptées.

"Beaugrenelle s’est positionné en tant que précurseur" déclare le fondateur de Lyzi. Mais du chemin reste à faire : seuls 8 % des Français auraient déjà investi dans des cryptomonnaies. Ce qui serait déjà important selon le PDG de Lyzi, et en croissance : "On est passé de 8 à 10 %" estime-t-il. C’est pour cela que la start-up cherche à faire de la pédagogie autour de ces actifs : "On est des démocratiseurs" martèle Damien Patureaux. "L’objectif étant de rentrer les cryptomonnaies dans notre quotidien, au travers de solution retails et de partenariats comme on peut l’avoir avec Beaugrenelle". Il poursuit : "Il y a une vraie appétence sur ce nouveau mode de paiement".

Ces actifs spéculatifs non régulés ne sont toutefois pas sans risques pour les investisseurs qui ont eu à subir un "crypto-krach", le bitcoin ayant perdu 60 % de sa valeur depuis novembre. Le fondateur de Lyzi réplique que la régulation arrive au niveau français et européen : "Il y a une régulation qui est en train d’arriver au niveau européen avec des textes qui devraient sortir fin d’année-début d’année prochaine". Il souligne que le groupe apporte surtout un service, et que le business modèle de la start-up n’est pas basé sur la spéculation des cryptomonnaies, mais sur la solution de paiement : "Nous, on veut sortir de ce côté spéculatif des cryptos actifs et rendre de l’usage". Le PDG de Lyzi prévoit que les cryptos seront des monnaies comme les autres dans le futur : "Il y a des monnaies banques centrales qui vont arriver, qui vont rentrer dans le quotidien des gens". Damien Patureaux conclut : "Demain, ça sera un vrai usage du quotidien"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.