:l'éco, France info

VIDÉO. Guillaume Faury : “On a besoin de décisions politiques d’ouverture : la reprise des vols en Europe et la libre circulation”

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 19/05/2020Durée : 00h7

Guillaume Faury, président exécutif d’Airbus, sur la situation dans l’aéronautique : “On a un très gros effort d'adaptation à faire parce que cette crise a un impact absolument considérable pour l’aviation commerciale. Une grande partie des avions sont cloués au sol. Plus ça va durer, plus ça va être difficile de surmonter la crise, plus l’impact va être lourd pour le secteur. La priorité pour l’instant c’est de remettre en route les compagnies aériennes, on est prêts maintenant. On a besoin de décisions politiques d’ouverture, par exemple la reprise des vols en Europe et de la libre circulation. Les conditions sanitaires ont été travaillées pour que ça puisse se faire maintenant.

Guillaume Faury n’exclut pas des licenciements. “Nous sommes 48 000 employés Airbus en France, on a également beaucoup de sous-traitants. Quand on perd 30 ou 40% de son activité, ce qui est important c’est de comprendre combien de temps ça va durer, et quelles sont les meilleures solutions à mettre en oeuvre. Aujourd’hui, on est train de regarder toutes les solutions pour survivre à cette crise. Si j’appelle à une reprise des vols rapide, c’est pour savoir si la crise est relativement courte ou si elle est très profonde et très longue. On est en train de faire ce travail en ce moment. Mais personne ne peut rien exclure aujourd’hui, tellement la crise est grave. Il faut juste être honnête et dire les choses correctement.

Le président exécutif d’Airbus rappelle que dans les avions la purification de l’air est un sujet déjà traité “il y a deux décennies”. “On a un filtrage extrêmement performant. L’air est renouvelé toutes les deux à trois minutes, il descend de haut en bas, et donc on n’a pas les mêmes contraintes de distanciation que dans d’autres situations où il y a des aérosols qui peuvent se propager dans l’air. Ce qui est important dans les avions, c’est de porter des masques pour éviter les projections.

Guillaume Faury a réagi à la honte de voler qu’éprouvent certaines personnes à cause de la pollution engendrée par l’aviation. “On a fait un énorme travail depuis longtemps pour réduire les émissions de CO par moins de consommation de carburants. Aujourd’hui si nous sommes que 2,5% des émissions de CO dans le monde, c’est parce qu’on a fait ce travail et on va continuer à le faire. Je crois que la crise du coronavirus a aussi montré que les émissions de CO sont restées très élevées. Il y a eu très peu de baisse, alors qu’on a arrêté la circulation des êtres humains quasiment sur la planète entière. Définir l’aviation comme le problème des émissions de carbone c’est une contre-vérité. Nous on va s’occuper des 2,5%, mais il faut qu’on s’occupe de la vérité du problème, qui est beaucoup plus gros, qui concerne les industries, la production d’énergie, l’agriculture, qui sont des chiffres beaucoup plus importants.

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==