:l'éco, France info

Pierrick De Ronne (Biocoop) : "Le conventionnel va se rapprocher du prix du bio dans les prochains mois"

a revoir

Présenté parJean-Paul Chapel

Diffusé le 09/05/2022Durée : 00h7

Invité de Jean-Paul Chapel ce lundi, Pierrick De Ronne est revenu sur les ventes de Biocoop qui ont reculé de 1 % en 2021, du jamais-vu depuis la création du groupe en 1986. Et les estimations ne sont pas bonnes pour le premier trimestre 2022 avec des estimations de baisse à -7 % selon l’IRI pour le marché du bio. D’après le Président de Biocoop, ces baisses des ventes s’expliquent par deux raisons principales. La première est la montée du label HVE (Haute Valeur Environnementale), moins cher, qui peut être considéré comme du bio, mais qui ne l’est, selon Pierrick De Ronne, en réalité pas. La deuxième explication serait la grande distribution, représentant 55 % des ventes, qui aurait banalisé et décrédibilisé le bio via des emballages plastiques ou des imports à l’autre bout du monde.

Ces baisses des ventes sont aussi liées à l’inflation actuelle et un prix du bio en moyenne 15 % plus cher. Pierrick De Ronne affirme que ces prix sont justifiés, car ils permettent de rémunérer le producteur en début de chaîne : "C’est 30 % de biodiversité en plus, c’est pas de pesticides chimiques et de synthèses utilisés donc c‘est pas de pollution des eaux, et c’est meilleur pour la santé humaine". Les hausses de prix devraient toutefois être moins fortes à l’avenir dans le bio que sur le conventionnel d’après le Président de Biocoop : "On est moins dépendants de la chimie, du gaz et du pétrole et on voit déjà des resserrements tarifaires (…) le conventionnel va se rapprocher du prix du bio dans les prochains mois".

Pierrick De Ronne a par ailleurs appelé à ne pas opposer l’achat local qui s’est développé après la crise COVID qui serait tout aussi important que l’achat du bio qui lui peut provenir de destinations lointaines : "Le bio doit être le socle (…) à cela, il faut les engagements autour du local et c’est tout à fait complémentaire et additionnable". Le Président de Biocoop remarque qu’en plus du local, la crise a vu le développement du e-commerce et de la livraison en moins de 10 minutes, cette dernière n’étant pas une démarche dans la philosophie du groupe : "Le canal numérique oui, on fait du click and collect (…) par contre on va pas casser la dynamique de venir en magasin et de créer du lien".    

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==