Avenue de l'Europe, le mag, France 3

VIDEO. "Démocraties illibérales" en Europe centrale : les explications de Ramona Coman dans "Avenue de l'Europe"

Trente ans après la chute du mur de Berlin, comment la Pologne ou la Hongrie ont-elles basculé dans le populisme ? Pour répondre à cette question au cœur de son numéro de mai 2018, "Avenue de l'Europe" recevait une spécialiste des démocraties d'Europe de l'Est, Ramona Coman.

Avenue de l'Europe/France 3

Trente ans après la chute du mur de Berlin, comment des démocraties telles que la Pologne ou la Hongrie ont-elles basculé dans le populisme ? Pour répondre à cette question au cœur de son numéro de mai 2018, le magazine "Avenue de l'Europe" recevait Ramona Coman. D'origine roumaine et spécialiste des démocraties d'Europe de l'Est, la directrice de l’Institut des études européennes de l'Université libre de Bruxelles était interrogée par Véronique Auger.

Première explication, selon l'invitée : les inégalités entre les zones rurales et les capitales de ces pays. "Dans un contexte de grande pauvreté qui dure depuis la fin du régime communiste, la situation des citoyens ne s'est pas améliorée de la même manière." Dans la Hongrie de Viktor Orbàn, les électeurs sont en quelque sorte achetés à coups de hausse des salaires et de primes aux familles nombreuses, tandis que Bruxelles sert de bouc émissaire (voire est assimilée à l'ex-URSS). Le tout sur fond de complexe d'infériorité latent vis-à-vis de l'Occident et d'impression d'"être des citoyens de seconde catégorie".

Le "modèle illibéral" selon Viktor Orbàn

Quid des "valeurs européennes", entendues en Europe de l'Ouest comme la solidarité, par exemple sur l'accueil des migrants ? "Elles sont censées unir et créer un sentiment d’appartenance à la communauté, mais elles divisent en réalité… d'où, un peu partout en Europe centrale, ce retour aux valeurs traditionnelles telles que la famille : la Roumanie, par exemple, envisage d'organiser un référendum sur sa définition." Des questions symboliques sur lesquelles les partis politiques se focalisent, de préférence aux enjeux économiques...

Qu'est-ce qu'un régime "illibéral" ? Sans surprise, Viktor Orbàn, qui s'en réclame, n'en a pas la même définition que nous, Français. Il s'agit pour le Premier ministre hongrois de légitimer un modèle politique qui rejette le pluralisme, contrôle la justice et concentre les pouvoirs. Sur le plan économique, ce modèle se caractérise par un Etat fort qui nationalise et impose des taxes. Enfin, il promeut un discours xénophobe, patriote et anti-européen.

L'Europe centrale vit-elle un retour aux années 1930 ? Existe-t-il un risque de contagion jusqu'à l'Europe de l'Ouest ? La Commission européenne peut-elle conditionner l'octroi de ses fonds au respect de l'Etat de droit ? Autant de questions abordées en fin d'interview.

Une interview diffusée dans "Avenue de l'Europe" le 16 mai 2018.