Vidéo Production française : les fleurs du Var arrivent parfois plus vite à New York qu'en Bretagne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Production française : les fleurs du Var arrivent parfois plus vite à New York qu'en Bretagne
Production française : les fleurs du Var arrivent parfois plus vite à New York qu'en Bretagne Production française : les fleurs du Var arrivent parfois plus vite à New York qu'en Bretagne (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Dans le Var, les pivoines sont (presque) en fleur... et prêtes à prendre l'avion, car beaucoup seront revendues à l'étranger. "Envoyé spécial" a suivi un grossiste au célèbre marché aux fleurs de Hyères.

Au célèbre marché aux fleurs de Hyères, il est 5 heures. Le cœur historique de la production française compte encore 400 floriculteurs dans un rayon de moins de 25 kilomètres. Pour un reportage à voir le 1er juin, "Envoyé spécial" y a suivi Patrick Carrasco, grossiste. A lui seul, il achète ici 3 millions et demi de fleurs par an, en moyenne.

En ce moment, l'enjeu, c'est la pivoine. Celles du Var (le département en a planté 130 hectares) sont les premières de l'Europe à fleurir. Le grossiste va s'installer au "cadran" et essayer de mettre la main sur les lots qui l'intéressent. Sur ce marché aux enchères un peu spécial, trois écrans ou "cadrans" affichent des prix à la tige. Ils baissent jusqu’à ce qu’un acheteur appuie sur le clavier devant lui et remporte la mise... Avoir l'œil sur les trois cadrans en même temps, "c'est stressant", même pour Patrick Carrasco qui a une longue expérience. La bourse change chaque jour, et les impératifs de transport jouent aussi : "On est dans l'hyper périssable, explique le grossiste. On est obligés d'aller très vite."

Expédiées de Nice le matin, les fleurs arrivent le soir à New York, mais parfois trois jours plus tard en Bretagne

C’est un paradoxe : alors qu’il reste peu de cultivateurs dans l’Hexagone, le plus gros bassin de production français exporte près de la moitié de ses fleurs d’exception, comme la pivoine. A New York, ces pivoines "Sarah Bernhardt" se revendront jusqu’à deux fois le prix que le grossiste vient de les acheter. Et ce dès demain, car les cartons qui partiront de l'aéroport de Nice arriveront le soir même aux Etats-Unis. Alors que pour les expédier en Bretagne, il faudrait parfois compter trois jours de transport... "Dès qu'on sort des grands axes routiers, explique Patrick Carrasco, la logistique du transport, en France, c'est un peu compliqué." Lui-même travaille à 80% à l’export.

Extrait de "La France refleurit", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 1er juin 2023.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.