Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Royalties, droits d'auteur... A combien s'élève le jackpot de Jean-Jacques Goldman ?

"Goldman confidentiel", un portrait diffusé le 16 novembre 2017, raconte un artiste discret jusqu'au secret, mais aussi un incroyable homme d'affaires. "Royautés", droits d'auteurs... à combien se monte le jackpot ? "Complément d'enquête" a fait le calcul.

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un "Document de Complément d'enquête" faisait le 16 novembre 2017 le portrait d'un "Goldman confidentiel". Derrière l'artiste discret se cache un redoutable businessman : c'est le rôle que joue son frère cadet Robert dans leur tandem. L'un est tendre en chansons, l'autre dur en affaires. Avec son aide, Jean-Jacques Goldman a réussi à négocier l'un des meilleurs contrats de "royautés" de la chanson française.

A combien se montent ces royautés, c’est-à-dire le pourcentage que perçoit un auteur-compositeur et/ou interprète sur chaque disque vendu ? "J'ai entendu parler de 25%, 30%, avance le producteur Jean Mareska, son ancien directeur artistique. C'est énorme." Habituellement, un artiste touche 7% ou 8%. Sachant que JJ Goldman a vendu 28 millions de disques au cours de sa carrière solo, faisons le calcul : l'artiste aurait empoché une centaine de millions d'euros de royautés...

Les plus grosses royautés de la chanson française ?

"Il a bien négocié ses taux de royalties, reconnaît Henri de Bodinat, l'ex-PDG de sa maison de disques CBS (devenue Sony Music France), mais c'était extrêmement rentable pour la maison de disques. Perdre Goldman, ç'aurait été une catastrophe absolue !" Avec ses ventes phénoménales, l'artiste était en mesure d'imposer les royautés "les plus élevées que ce que touchait n'importe quel artiste français, selon Jean Mareska. Parce que, quand on veut garder quelqu'un, il faut y mettre le prix !"

Mais la vente de disques ne représente qu'une partie de ses revenus. Chaque passage d'un de ses titres en radio ou télé est rétribué en droits d'auteur. Et du Goldman, sur les ondes, il y en a beaucoup ! RFM, par exemple, diffuse en moyenne dix de ses titres par jour. Soit plus de 3 600 par an. A raison de 11 euros de droits d'auteur par passage, on arriverait à un montant annuel de... 40 000 euros – rien que pour RFM, une des... 900 radios françaises. 

Des chiffres qui donnent le vertige. Et encore, on ne parlera pas dans cet extrait des droits d'auteur qui lui reviennent pour les (200) tubes qu'il a écrits pour Johnny Hallyday, Khaled, Patricia Kaas ou Céline Dion...

Extrait de "Goldman confidentiel", un "Document de "Complément d'enquête" diffusé le 16 novembre 2017.

\"Complément d\'enquête\". Royalties et droits d\'auteurs : le jackpot Goldman
"Complément d'enquête". Royalties et droits d'auteurs : le jackpot Goldman (FRANCE 2 / FRANCETV INFO)