Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Complément d'enquête. Livio, 2 ans, handicapé à 80% à cause d'un vaccin ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Complément d'enquête. Livio, handicapé après une vaccination

Le vaccin obligatoire contre la diphtérie, le tétanos et la polio (DTP, commercialisé sous le nom d'Infanrix) est-il responsable du handicap du petit Livio ? "Complément d'enquête" a rencontré ses parents, qui n'ont aucun doute. Extrait.

La vaccination obligatoire fait face à un mouvement de défiance croissant qui inquiète les autorités sanitaires. En cause, les effets secondaires des vaccins. Ils sont estimés à deux cas pour 100 000 injections vaccinales. Des accidents heureusement très rares, mais qui ruinent des vies.

En Corrèze, l'équipe de "Complément d'enquête" a rencontré Stanislas Geoffrit et Amandine Chaouche. Leur petit garçon de 2 ans souffre d'épilepsie et d'une méningo-encéphalite herpétique. Livio est handicapé à 80%. Il ne marche pas, ne parle pas, et suit un traitement médical très lourd.

"Quinze jours après le rappel, Livio est dans le coma"

Selon ses parents, le petit garçon était en bonne santé avant une injection d'Infanrix (ou DTP, le vaccin obligatoire contre la diphtérie, le tétanos et la polio). Le couple "faisant confiance au pédiatre et au système de santé", Livio est vacciné à 2 mois. Le lendemain, le bébé est pris d'une "énorme fièvre" qui dure "plus d'une semaine". Le pédiatre rassure les parents. A 4 mois, l'enfant subit deux autres injections. "Moins de quinze jours après, Livio est dans le coma", raconte son père.

Le couple a dû cesser de travailler et vit de l'allocation pour enfant handicapé : 1 200 euros par mois. Il a porté plainte contre le pédiatre et contre GSK, le fabricant du vaccin. Amandine est de nouveau enceinte, mais cette fois, "il n'y aura pas de vaccin : s'il faut aller en prison, j'irai en prison", prévient Stanislas. Dans trois mois, des experts examineront Livio pour établir si sa maladie est liée au vaccin. Si le lien de cause à effet est reconnu, l'indemnisation pourrait atteindre plusieurs millions d'euros.

Un extrait de "Vaccinés contre les vaccins", un reportage diffusé dans "Complément d'enquête. Vaccins, médicaments, médecins : la défiance" le 25 février 2016.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Complément d'enquête

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.