Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Complément d'enquête. "Le PS, c'est plus un parti de lutte des classes, c'est un parti de lutte pour les places"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Complément d'enquête. "Le PS, c'est plus un parti de lutte des classes, c'est un parti de lutte pour les places"
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans le Nord, ex-bastion socialiste, paroles émouvantes et sans détour de militants historiques en rupture avec leur parti. Extrait de "Complément d'enquête" du 12 mai 2016 sur "la gauche en ruines".

Lors de son reportage pour "Complément d'enquête" sur le naufrage du PS dans le Nord, Nathalie Sapena a tendu le micro à des militants historiques. Ils disent leur amertume devant ce qu'est devenu le parti de toute une vie.

Jean-Pierre Balduyck, ancien maire PS de Tourcoing, a connu l'âge d'or du textile. Entré à 15 ans à la manufacture de laine, le petit employé devient syndicaliste puis milite pour défendre ses collègues ouvriers. Son constat est clair : "Aujourd'hui, le monde politique vient de l'ENA, de Sciences-Po, on n'a plus ces gens qui représentent les classes laborieuses. Le monde change, mais [...] la place des travailleurs dans l'entreprise demeure aussi cruciale qu'avant."

"Ils sont socialistes comme moi je m'appelle Ray Charles"

Ce carriérisme ne pouvait que décevoir les militants les plus authentiques. Comme son ami Patrick Bernard, chez qui Jean-Pierre Balduyck emmène Nathalie Sapena. C'est son père qui lui achète sa première carte du PS à 18 ans. Il y a six ans, il finit par la déchirer. Dans sa section, plus de débats : on ne parlait plus que de places à prendre. "[Le PS], c'est plus un parti de lutte des classes, c'est un parti de lutte pour les places. Voilà, j'ai tout résumé", fait l'ancien militant, qui a le sens de la formule. "Ce n'est pas moi qui ai quitté le PS, poursuit-il, c'est le PS qui a quitté le socialisme. Moi, j'ai rien de commun avec certaines personnes qui se disent socialistes. Ils sont socialistes comme moi je suis noir et je m'appelle Ray Charles." Aux dernières élections, Patrick Bernard a mis un bulletin blanc dans l'urne.

Son franc-parler a eu du succès sur Twitter, jusque dans les rangs du PS :

Extrait du reportage "Le PS perd le Nord", diffusé dans "Complément d'enquête. La gauche en ruines" le 12 mai 2016 sur France 2.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Complément d'enquête

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.