Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Complément d'enquête. Le DRH d'Air France agressé s'exprime pour la première fois à la télévision

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Complément d'enquête. Le DRH d'Air France agressé s'exprime pour la première fois la télévision

Un mois après avoir été molesté lors d'un comité central d'entreprise à Air France, le DRH dont la chemise a été arrachée s'est confié à "Complément d'enquête". C'est la première interview de Xavier Broseta à la télévision. 

Un mois après les violences à Air France, une équipe de "Complément d'enquête" est allée prendre des nouvelles du DRH qui avait laissé sa chemise entre les mains de salariés en colère. L'homme qui fuyait torse nu en escaladant un grillage, c'est lui. Comment va Xavier Broseta ? 

"Je vais bien. Je ne vais pas prétendre que les jours qui ont suivi le 5 octobre ont été les meilleurs de ma vie, c'est clair. Mais j'ai la chance d'être très bien entouré. Ça m'a beaucoup aidé à remonter très vite la petite pente que j'avais descendue." 

Xavier Broseta assure ne pas avoir eu peur

Non sans humour, le DRH accueille les journalistes dans le bureau où se passent les "réunions discrètes avec les syndicats" : "Bien sûr qu'il y a un dialogue social chez Air France, j'espère que vous n'en doutez pas !" Revenant sur la fameuse matinée du 5 octobre : "On me dit que les images sont très violentes, mais moi, je ne n'ai pas ressenti de peur ni de menace par rapport à mon intégrité physique", assure Xavier Broseta.

Le DRH se dit persuadé que son action va dans le sens souhaité par les salariés. Pour lui, cette journée du 5 octobre est un malentendu. Sa prochaine promotion à la direction générale du groupe n'est pas remise en cause par les événements.

Extrait de "La chemise de la discorde", un reportage de Julien Daguerre, Vincent Piffeteau et Marielle Krouk, diffusé dans "Complément d'enquête" du 3 décembre 2015. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Complément d'enquête

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.