Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Avenue de l'Europe. Police de proximité pour une intégration à l'anglaise

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Avenue del'Europe. Policier GB extrait

La France est à la peine pour intégrer ses jeunes issus de l'immigration... Que font nos voisins européens ? Dans cet extrait du magazine "Avenue de l'Europe" du 10 février 2016, un aperçu de la méthode britannique.

Quelles politiques pour l'intégration des populations immigrées chez nos voisins ? Une question au cœur du magazine "Avenue de l'Europe" du 10 février 2016. Faut-il suivre l'exemple britannique et recenser les citoyens selon leur origine ? Dans cet extrait, direction Bristol, au sud-ouest de l'Angleterre, célèbre pour ses graffitis, sa vie étudiante... et ses émeutes de 2011 ou 1980, sous l'ère Thatcher.

C'est à la suite de celles-ci, où se sont affrontés les Jamaïcains du quartier de St Paul’s et les forces de l'ordre, que les autorités britanniques ont décidé d'utiliser des données ethniques dans le recensement. Depuis 2001, à la demande des musulmans eux-mêmes, l'Etat fournit aux policiers des informations chiffrées sur la religion des habitants. Objectif affiché : les aider à comprendre comment vivent les minorités pour permettre une cohabitation en confiance. 

Dialogue d'imam à policeman 

Encore plus crucial à l'heure de la radicalisation et de l'islamophobie... Keith Openshaw, policier de proximité britannique qui travaille dans ce quartier de Bristol majoritairement musulman, en est convaincu. "On prend très au sérieux la haine raciale, explique-t-il. C'est inacceptable que des citoyens soient agressés dans la rue. Ils doivent être en confiance pour déclarer ces agressions. Sinon, ils seront anxieux, amers. Et alors, les extrémistes peuvent en profiter pour leur dire : ‘Vous voyez, on ne veut pas de vous ici, vous ne faites pas partie de la société. Rejoignez-nous, on vous traitera bien mieux’…"

Zaheer Shabir, l'imam de la mosquée Jamia de Bristol, tient à jouer son rôle de relais avec la police. Ce jour-là, quand un policier et un imam se rencontrent... ils discutent d'un incident survenu dans un bus. "Un passager a dit au chauffeur qu'il ne se sentait pas en sécurité à cause d'un Somalien portant barbe et longue tunique. Le chauffeur a demandé à celui-ci de descendre", rapporte l'imam. "Il faut qu'on fasse une enquête, répond le policier. Mais attention de ne pas envenimer la situation."

Extrait d’un reportage diffusé dans "Avenue de l'Europe, le mag" du 10 février 2016 : "Intégration : à chacun ses méthodes !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Complément d'enquête

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.