Attentats : quelle indemnisation pour les victimes ?

Le Fonds de garantie pour les victimes des actes de terrorisme (FGTI) a déjà examiné plus de 2 500 demandes, mais de nouveaux dossiers sont encore déposés.

FRANCE 3

À combien s'évalue la perte d'un proche, les blessures physiques ou les séquelles psychiques ? Des questions délicates auxquelles doit répondre le Fonds de garantie pour les victimes des actes de terrorisme (FGTI), dans un contexte inédit. Près de 2 600 dossiers ont été traités, mais de nouvelles demandes sont reçues chaque semaine. 64 millions d'euros ont déjà été versés par l'organisme. Le montant est cependant loin d'être définitif, puisque la totalité des indemnités n'a pas encore été fixée.

De nouveaux préjudices reconnus

Depuis un an, les préjudices d'angoisse de mort imminente (entre 5 000 et 30 000 euros d'indemnisation) et celui d'attente et d'inquiétude pour les proches des victimes (entre 2 000 et 5 000 euros d'indemnisation) sont également reconnus. Plusieurs victimes, qui n'ont pas été indemnisées, ont décidé de saisir la justice.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secrétariat général de l\'aide aux victimes avait été créé après les attentats du 13 novembre 2015. Ci-contre, des bougies et des fleurs devant le Bataclan, à Paris, deux jours après les attaques.
Le secrétariat général de l'aide aux victimes avait été créé après les attentats du 13 novembre 2015. Ci-contre, des bougies et des fleurs devant le Bataclan, à Paris, deux jours après les attaques. (MIGUEL MEDINA / AFP)