Iran : la suppression de la police des mœurs, une déclaration tactique ?

Publié Mis à jour
Iran : la suppression de la police des mœurs, une déclaration tactique ?
Article rédigé par
D. Schlienger, E. Bonnasse, O. Sauvayre - France 2
France Télévisions
La justice iranienne a annoncé, samedi 3 décembre, l'abolition de la police des mœurs, responsable notamment de l'arrestation de Mahsa Amini. Comment interpréter la déclaration, qui n'a pas été confirmée par les autorités politiques du pays ?

Face à un mouvement de contestation qui s'étend de Téhéran (Iran) à tout le pays, le procureur général du pays a fait une déclaration surprenante, samedi 3 décembre. "La police des mœurs n'a rien à voir avec le pouvoir judiciaire, et elle a été abolie par ceux qui l'ont créée", a-t-il déclaré. La police des mœurs a été créée en 2006, pour répandre la culture de la décence et du port du voile. C'est elle qui a interpellé, le 13 septembre dernier, Mahsa Amini pour port de vêtements inappropriés. Sa mort, trois jours plus tard, avait enflammé le pays.

Une annonce stratégique ?  

Selon plusieurs témoignages, la police des mœurs était déjà moins présente depuis plusieurs semaines, et remplacée dans les rues par les forces anti-émeutes, tout aussi violentes. "Le régime tente par des manipulations de contrôler le niveau de mécontentement", analyse de son côté Clément Therme, chargé de cours à l'université Paul Valéry de Montpellier (Hérault). Les manifestants réclament la fin du régime de la République islamique, et appellent dès lundi 5 décembre à trois jours de grève générale et de rassemblements massifs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.