Savoie : la station de Saint-Sorlin-d'Arves est toujours défigurée par une coulée de boue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
En Savoie, la station de Saint-Sorlin-d'Arves est méconnaissable une semaine après qu’une coulée de boue l’a traversée. Alors que la commune s'apprête à ouvrir ses remontées mécaniques, tout le monde est à pied-d’œuvre pour être prêt à temps.
Savoie : la station de Saint-Sorlin-d'Arves est toujours défigurée par une coulée de boue En Savoie, la station de Saint-Sorlin-d'Arves est méconnaissable une semaine après qu’une coulée de boue l’a traversée. Alors que la commune s'apprête à ouvrir ses remontées mécaniques, tout le monde est à pied-d’œuvre pour être prêt à temps. (France 2)
Article rédigé par France 2 - O. Martin, P. Fivet
France Télévisions
France 2
En Savoie, la station de Saint-Sorlin-d'Arves est méconnaissable une semaine après qu’une coulée de boue l’a traversée. Alors que la commune s'apprête à ouvrir ses remontées mécaniques, tout le monde est à pied-d’œuvre pour être prêt à temps.

Une importante coulée de boue a défiguré le cœur du village de Saint-Sorlin-d'Arves (Savoie). Une semaine après, la commune vit toujours au rythme des chantiers de nettoyage. La vague a déferlé en pleine nuit dans les rues, et des dizaines de sinistrés se sont retrouvés piégés au milieu d’une boue compacte. Une semaine après, Yves Bellot, garagiste, accuse le coup. Son activité est à l’arrêt et l’expert a estimé "plus de 60 000 euros de pertes de matériel". À un mois de l’ouverture du domaine skiable, deux chalets du domaine touristique sont hors d’usage, près d’1 mètre de boue y est entré. 

Une retenue de 1 000 mètres cubes 

4 000 mètres cubes ont dévalé le massif, avant d’atteindre le village. Fabrice Baudray, le maire, explique qu’une retenue avait été créée sur hauteurs. "L’année passée, elle a été agrandie pour atteindre une capacité de 1 000 mètres cubes, mais (…) avec les phénomènes météorologiques de plus en plus violents, on a une crainte de glissement de terrain", précise-t-il. Pour plus de sécurité, il faudra sans doute élargir encore la retenue. Les sinistrés attendent encore d’être indemnisés, et la commune a demandé à l’État la reconnaissance de catastrophe naturelle. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.