Portrait : "Girl fight", nouveau départ

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 19/09/2013Durée : 00h40

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Tout n'est pas perdu a 20 ans lorsqu'on a pris un mauvais départ. Cette jeune femme a commence à vendre de la drogue à 16 ans, elle a connu la violence, la prison. Aujourd'hui, elle est enseignante, elle vient de faire sa rentrée. Elle a décide, pour que son cas puisse servir d'exemple, de se raconter dans un livre.

La maîtresse a le visage radieux. Audrey Chenu aime être institutrice. Pour elle, ce métier-là est comme un cadeau inespere.

Ça donne un sens à ma vie et c'est déjà beaucoup.

Sa vie, il y a 15 ans, c'était la prison. Audrey avait 18 ans quand elle a été condamnée pour trafic de stupéfiants C'est l'histoire d'une petite fille sage qui va partir à la dérive. Une enfance à la campagne dans une famille aimante.

J'avais une grand-mère qui nous faisait des costumes pour carnaval.

Jusqu'au jour où son père sombre dans une profonde dépression, toute la famille s'emmure dans le silence. Audrey entre dans l'adolescence triste et en colère.

La rage contre cette famille de dingues, je n'y trouve plus ma place Un trop-plein d'émotions carj'ai une sensibilité à fleur de peau. Je ne sais pas quoi faire de tout ça, de fumer du cannabis, ça apaise un peu ce tourbillon émotionnel.

Elle en consomme pour la 1re fois à 16 ans, un peu, puis tous les jours. A 17 ans, elle en revend à ses amis.

J'ai commence avec quelques grammes et à la fin du lycée, 50 kg.

A 18 ans, elle a le bac mais une réputation de trafiquante. La police l'arrête.

C'était la peur, mais aussi une sorte de soulagement.

La fin, c'est une cellule de prison 24 mois de détention. Elle reprend des études et rencontre un prof de philo qui anime des conférences à Fresnes.

Pour moi, Audrey était une personne avec beaucoup de possibilités, il était pas question de la laisser seule dans sa prison. C'était un travail de solidarité avec quelqu'un qui est dans la mouise.

Pour la tirer de là, il l'encourage à étudier, lui donne à réfléchir, et partage avec elle la philosophie.

Avec Audrey, ça marchait du tonnerre de Dieu.

A tel point qu'elle a passe une licence de sociologie. Son prof a plaide devant les juges pour que l'on efface son casier et qu'elle passe le concours de professeurs des écoles. Cette renaissance, Audrey l'a racontée dans un livre "Girl Fight". Pour dire comment une rencontre a pu changer le cours de sa vie.

Je voyais dans ses yeux que j'étais intelligente, intéressante. Parfois il suffit d'une personne. Je n'oublierai jamais ça.

Demain, certains parents d'élèves l'auront peut-être vue à la télé raconter son passé chaotique. Elle a pris le risque d'en parler, parce que ce parcours-là peut être riche d'enseignements.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==