Vidéo "Il y a de la part de Jean-Luc Mélenchon soit un opportunisme à aller chasser sur les terres du complotisme, soit une dérive", estime Yannick Jadot

Publié
Article rédigé par
Radio France

La responsabilité de la gauche est de "sortir" les gens "de ce complotisme, et non pas de les flatter", a affirmé l'eurodéputé Yannick Jadot.

"Il y a aujourd'hui de la part de Jean-Luc Mélenchon soit un opportunisme, qui est d'aller chasser sur les terres du complotisme, soit une dérive", a déclaré Yannick Jadot, eurodéputé Europe Ecologie-Les Verts, vendredi 11 juin sur franceinfo. Il réagissait aux propos de Jean-Luc Mélenchon prédisant "un grave incident ou un meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, un événement "écrit d'avance".

"Les propos qu'il a tenus ne correspondent pas à son histoire, ne correspondent à ses idées et ne correspondent pas à la place qu'il doit occuper dans le paysage politique. Les deux sont totalement hors perspective pour la gauche et les écologistes", estime Yannick Jadot. Il juge que ce n'est "pas responsable" d'aller "satisfaire des pensées sur les attentats, sur le complotisme, sur les 'ils' qui organiseraient en permanence, après trois séquences présidentielles, sa défaite".

"Le registre de l'insulte"

L'eurodéputé EELV estime que "quand on est écologiste, quand on a des valeurs de gauche, notre responsabilité est toujours d'aller construire de la compréhension du monde", comme l'a fait auparavant Jean-Luc Mélenchon, qui a été "un grand pédagogue des défis" de nos sociétés. La responsabilité de la gauche est de "sortir" les gens "de ce complotisme, et non pas de les flatter", selon Yannick Jadot.

"J'ai tendu la main à tout le monde pour qu'on sorte des invectives, mais je n'ai pas tendu la joue."

Yannick Jadot

à franceinfo

En affirmant qu'il y avait deux gauches irréconciliables au premier tour de la présidentielle, "Jean-Luc Mélenchon était sur le registre de l'insulte, ça ne peut pas être une construction politique", pour Yannick Jadot. Rappelant que personne n'est propriétaire de ses électeurs, l'eurodéputé EELV "appelle tous les progressistes, tous les humanistes et tous les écologistes à travailler toujours à une perspective pour 2022 qui doit être une perspective de victoire".

Loin d'abandonner l'idée d'une union à gauche, Yannick Jadot veut "continuer à travailler. Il y a beaucoup de forces politiques aujourd'hui qui ne se résignent pas à la défaite en 2022". Il assure que "nous avons une responsabilité et nous pouvons gagner cette élection présidentielle sur une écologie innovante, responsable, sociale et républicaine".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Yannick Jadot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.