Xavier Bertrand se rapproche des Républicains : "Il atteint les limites de la stratégie de bunkérisation"

Le président des Hauts-de-France a quitté Les Républicains il y a quatre ans. Il participera pourtant vendredi aux journées parlementaires du parti à Nîmes. Une rentrée aux airs de grand oral pour les prétendants de droite à l'Élysée.

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Xavier Bertrand. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Les prétendants déclarés à droite en vue de la présidentielle 2022, Michel Barnier, Éric Ciotti, Valérie Pécresse, Philippe Juvin prendront tour à tour la parole jeudi 9 et vendredi 10 septembre devant les élus Les Républicains qui font leur rentrée. On attend aussi la présence de Xavier Bertrand vendredi matin, lui qui a pourtant quitté Les Républicains il y a quatre ans. Xavier Bertrand, loin des Républicains, mais si proche en même temps : c'est le message que les soutiens du président des Hauts-de-France martèlent ces derniers jours.  

Sa prise de parole prévue lors des journées parlementaires avec les députés LR à Nîmes vendredi, la nomination de porte-paroles dont plusieurs sont encartés à LR, ses échanges réguliers avec le patron du parti Christian Jacob sont autant de preuves qu'il n'est pas le diviseur, veut croire son entourage. "Il atteint les limites de la stratégie de bunkérisation, note un député. Il commence à se faire des ennemis." 

Toujours pas question de participer à une primaire  

Il fallait donc réagir car Les Républicains, dixit un élu, c'est "des militants, un appareil et du fric". Un pas vers LR sur la forme, mais sur le fond, Xavier Bertrand ne bouge pas : pas question de participer à la moindre primaire. Lui qui connaît un petit trou d'air sondagier va continuer à dérouler son programme dans des déplacements. "C'est une guerre des nerfs, résume un de ses lieutenants, il va falloir serrer les dents jusqu'à décembre..."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Xavier Bertrand

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.