Cet article date de plus de cinq ans.

Primaire à gauche : "Tout ça, c'est un peu virtuel", lance Cambadélis

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Invité d'i-Télé lundi matin, le premier secrétaire du PS a toutefois posé des conditions qui rendent la primaire peu plausible sous cette forme.
I-TELE
Article rédigé par
France Télévisions

Le premier secrétaire du PS s'est montré favorable à ce scrutin, lundi matin sur i-Télé, mais en posant des conditions qui risquent de ne pas satisfaire les partisans d'une primaire à gauche.

Le patron du PS dit "oui à une primaire de la gauche pour un candidat unique de toute la gauche". Jean-Christophe Cambadélis a réagi, lundi 18 janvier sur i-Télé, à l'appel lancé pour une "primaire des gauches et des écologistes" en posant des conditions qui rendent ce scrutin peu plausible sous cette forme.

"Il me semble que l'initiative a été prise pour rassembler l'ensemble de la gauche, je suppose, pas pour faire en sorte que Hollande ne soit pas candidat", a glissé Jean-Christophe Cambadélis. Une pique lancée aux détracteurs à gauche du chef de l'Etat, alors que cet appel à une primaire vise implicitement la politique menée par l'exécutif et que Jean-Luc Mélenchon a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne soutiendrait pas cette initiative, si elle aboutissait à une nouvelle candidature du président sortant.

"François Hollande est le candidat naturel des socialistes"

Le premier secrétaire du PS a d'ailleurs posé ses conditions : "D'abord, il faut que ce ne soit pas une primaire de contestation entre nous, mais de clarification. Ensuite, il faut que l'ensemble des forces de gauche et des écologistes soient bien d'accord que celui qui l'emporte, on se met tous derrière lui. Sinon, ce n'est pas une primaire, c'est une manœuvre", a-t-il prévenu.

Jean-Christophe Cambadélis a affirmé que "François Hollande est le candidat naturel des socialistes". "Il peut y avoir d'autres candidats, mais naturellement le président sortant, c'est le candidat. S'il y a une primaire de toute la gauche, nous nous soutiendrons notre président s'il est candidat." Et de conclure, philosophe : "Tout ça est un peu virtuel."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.