VIDEO. A la veille des vœux de Hollande, l'UMP et le FN ironisent

Les ténors de la droite et de l'extrême droite ont dit ne "rien" attendre de ce traditionnel exercice présidentiel.

Cette vidéo n'est plus disponible

L'UMP et le FN ont ironisé, lundi 30 décembre, sur les vœux aux Français que prononcera François Hollande, mardi. Droite et extrême droite jugent qu'il peindra en rose une situation désastreuse et qu'il condamnera le Front national pour masquer ses échecs. L'opposition dénonce en particulier le "déni de réalité" du chef de l'Etat qui estime que l'inversion de la courbe du chômage est amorcée malgré une hausse du nombre de demandeurs d'emploi.

Prié de dire ce qu'il attendait de ces vœux, Roger Karoutchi, vice-président de l'UMP, a répondu : "Rien." "Si c'est pour nous dire 'oui la courbe du chômage est inversée, oui la France va mieux, oui j'ai retissé du lien social', il n'y a qu'à regarder dans la rue pour se dire que ce n'est pas vrai", a-t-il ajouté sur France Info.

Même tonalité chez Geoffroy Didier, secrétaire général adjoint de l'UMP. "Les vœux de François Hollande, je n'en attends rien", a-t-il lâché sur Europe 1. Selon lui, "les Français ont été trompés et floués". "Dans une démocratie moderne, très aboutie, nous serions presque en droit d'attaquer en justice François Hollande et Jean-Marc Ayrault pour publicité trompeuse et diffusion de fausses nouvelles."

Pour le vice-président du Front national, Florian Philippot, François Hollande "ne dira rien demain, comme d'habitude". Le chef de l'Etat devrait condamner la montée des extrémismes en France, en mettant en accusation le Front national, a expliqué Florian Philippot sur RMC et BFMTV"Pour le reste, qu'est-ce que vous voulez qu'il annonce ? Sur le chômage, les chiffres montent et quand il y a un plus, ils nous disent que c'est un moins."

François Hollande sur le perron de l\'Elysée à Paris, le 23 décembre 2013.
François Hollande sur le perron de l'Elysée à Paris, le 23 décembre 2013. (BERTRAND GUAY / AFP)