Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo 13h15. Michel Rocard : "François Hollande n'aurait jamais dû promettre le retour de la croissance"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
13h15 le dimanche. Michel Rocard : "François Hollande n'aurait jamais dû promettre le retour de la croissance"
Article rédigé par
France Télévisions

L’ancien Premier ministre Michel Rocard, disparu samedi 2 juillet à l’âge de 85 ans, avait accordé en mai 2014 un entretien à Laurent Delahousse. Il évoquait notamment cette "idée stupide d’annoncer 2,5% de croissance par an pendant quatre ans de suite"… Extrait de "13h15 le dimanche".

"Le taux de croissance tel que je l’ai prévu pour financer nos mesures sera de 0,5%. En 2013, nous essaierons de faire en sorte que l’activité reprenne, mais là encore, j’ai été prudent… En 2013, c’est 1,7% de croissance. C’est à partir de 2014 que nous pourrons retrouver un rythme de 2% et peut-être davantage", affirme le candidat socialiste François Hollande lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 2012.

"Il n’aurait jamais dû promettre le retour à la croissance. C’est la première et longtemps unique critique que je me suis permis d’émettre à l’endroit de mon ami François Hollande", affirme à Laurent Delahousse l’ancien Premier ministre Michel Rocard, disparu samedi 2 juillet à l’âge de 85 ans, lors d’un entretien enregistré en mai 2014 pour le magazine "13h15 le dimanche".

"Quand il y a des difficultés, il vaut mieux les annoncer"

C’était donc un acte politique et non pas une vision économiste réaliste ? "Oui, mais ce n’est pas l’acte d’une personne. C’est la production de la pensée économique moyenne du PS à propos d’élections… Idée stupide d’annoncer 2,5% de croissance par an pendant quatre ans de suite…" analyse l’ancien chef du gouvernement (1988-1991) de François Mitterrand.

"C’est la commission économique du PS aux cris de 'On n’est pas élu en annonçant des difficultés'… Et moi, je suis là-dessus gaullien ou mendésien, vous choisirez comme vous voulez… Quand il y a des difficultés et qu’elles sont sûres, il vaut mieux les annoncer", rappelle Michel Rocard en 2014.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.