Le référendum du PS laisse de marbre les autres partis

L'initiative est organisée tout le week-end localement par les militants socialistes. Elle porte sur l'union de la gauche aux Régionales.

FRANCE 3

"Face à la droite et l'extrême droite, souhaitez-vous l'unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?" Telle est la question posée lors du référendum du Parti socialiste qui a démarré vendredi 16 octobre. Pour le premier jour, les militants socialistes peinent à obtenir ne serait-ce qu'une participation à ce scrutin ouvert à tous. "Je suis très déçue par le PS, donc je n'ai pas envie de me rassembler avec le PS", témoigne une passante au micro de France 3. Pour convaincre les Verts de s'aligner derrière eux, les socialistes mettent en avant le risque de voir des régions passer à la droite, voire au FN pour Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Un vote fiable ?

"C'est de la magouille et ça se voit. À un moment donné, il faut arrêter ce genre de chose", assure Sandrine Rousseau, tête de liste EELV aux Régionales. Partout, les écologistes feront cavalier seul au premier tour. Le référendum est donc plutôt une sorte de pétition pour une union au second tour. Le PS mise sur 200 000 votants. Une journaliste de Francetv info a réussi à voter dans plusieurs bureaux, avec des noms différents sans avoir à prouver son identité. La fiabilité n'est donc peut-être pas assurée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 8 septembre 2015 au siège de son parti à Paris.
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, le 8 septembre 2015 au siège de son parti à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)