Cet article date de plus d'un an.

L'enquête sur les liens de Valérie Pécresse avec Alstom classée sans suite

Le PNF classe sans suite pour absence d'infraction l'enquête ouverte contre Valérie Pécresse. Des élus EELV avaient signalé au ministère public que la présidente de la région Ile-de-France aurait eu des stock-options Alstom tout en présidant l'autorité de transports francilienne
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Valérie Pécresse au siège de la Région Ile de France en novembre 2019 (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

L'enquête préliminaire ouverte au parquet national financier (PNF) visant Valérie Pécresse pour prise illégale d'intérêts avec le constructeur ferroviaire Alstom a été classée sans suite, a indiqué le PNF à franceinfo mercredi 10 mai.

Le parquet national financier indique que l'enquête, ouverte en mars 2022, est classée sans suite pour absence d'infraction. Cette enquête "a "démontré qu'il n'existait pas au moment de l'attribution des subventions de liens d'intérêts entre la présidente de la région Ile-de-France et la société Alstom".

>>> Valérie Pécresse visée par une enquête du Parquet national financier pour prise illégale d'intérêts pour ses liens supposés avec Alstom

La présidente LR de la région Île-de-France a annoncé ce classement sans suite en conseil d'administration de l'autorité des transports l'Île-de-France Mobilités (IDFM). Dans un communiqué, Valérie Pécresse "se félicite de la décision du PNF de classer sans suite pour absence d'infraction, la plainte déposée contre elle par des élus d'Europe Ecologie-Les Verts, en février 2022 en pleine campagne présidentielle".

Plusieurs élus EELV avaient dénoncé au ministère public le fait que Valérie Pécresse aurait détenu des stock-options chez Alstom tout en présidant l'autorité de transports IDFM. Ces élus, dont M. Pegeon et David Belliard, adjoint (EELV) à la maire de Paris Anne Hidalgo (PS), s'appuyaient sur un article du média en ligne Blast accusant la présidente de la région d'avoir "invisibilisé" des actions d'Alstom qu'elle détenait avec son époux afin qu'elles n'apparaissent plus dans ses déclarations d'intérêts. Jérôme Pécresse travaillait chez Alstom jusqu'au rachat des activités énergie du groupe par General Electric en novembre 2015. Un mois plus tard, Mme Pécresse était élue à la tête de la région et créait rapidement, selon Blast, une fiducie, montage aussi connu sous le terme anglo-saxon de trust, pour qu'une banque gère ce portefeuille d'actions à leur place. Depuis, IDFM a commandé près de 2,4 milliards d'euros de matériel roulant à Alstom, selon les élus écologistes.

La situation patrimoniale personnelle et familiale de Valérie Pécresse "était publique, connue depuis 2016, conformément aux obligations de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)", a souligné l'ex-candidate LR à la présidentielle dans son communiqué.

Valérie Pécresse dénonce une nouvelle fois une "manipulation politique grossière" de ces élus écologistes et rappelle qu'elle avait déposé plainte contre eux pour dénonciation calomnieuse. Le PNF a transmis cette plainte au parquet de Paris pour instruction, indique Valérie Pécresse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.