Une nouvelle réunion du Conseil national de la refondation sera organisée le 12 décembre à l'Elysée

Le lancement du CNR en septembre avait été largement boycotté par les partis d'opposition et les syndicats.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, la Première ministre, Elisabeth Borne, et le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, lors du lancement du Conseil national de la refondation à Marcoussis (Essonne), le 8 septembre 2022. (MICHEL EULER / AFP)

Un rendez-vous pour faire un "point d'étape" sur les moyens de réformer les services publics. Partis, syndicats et acteurs de la société civile sont conviés à une nouvelle réunion du Conseil national de la refondation (CNR), le 12 décembre à l'Elysée, trois mois après une première rencontre largement boycottée. Le CNR, qui a pour ambition de réformer la France par la concertation, a été lancé en septembre à Marcoussis (Essonne) et décliné depuis en de multiples CNR locaux thématiques sur la santé, l'éducation, le logement ou le numérique.

>> ENQUETE FRANCEINFO. "Ça ne parle à personne" : le Conseil national de la refondation, un objet politique non identifié, y compris au sein de la majorité

"Nous nous sommes fixés une ambition claire (...) agir en nation, sans renier nos différences mais en dépassant nos différends à chaque fois que l'intérêt général l'exige ; agir en responsabilité, pour réussir les grandes transitions et refonder nos services publics", écrit Emmanuel Macron, dans cette invitation dont l'AFP a reçu vendredi 2 décembre une copie. "Les Français attendent de l'action et des réponses", ajoute le président.

La session fondatrice du CNR à Marcoussis avait été boycottée par tous les partis d'opposition et une bonne partie des syndicats qui voient avant tout dans cet outil un moyen pour le président de contourner le Parlement, où son camp n'a plus de majorité absolue, pour tenter de reprendre la main dans le débat public. "Les absents ont toujours tort", avait répliqué Emmanuel Macron après le boycott de septembre, tout en ajoutant que la porte restait "toujours ouverte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.