"Race blanche" : Nadine Morano, "une porte-parole du Ku Klux Klan", tacle Jean-Christophe Lagarde

Le président de l'UDI a fait savoir, lundi sur i-Télé, qu'il désapprouvait totalement la sortie de l'élue Les Républicains.

Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, "en a marre de Nadine Morano". Le leader centriste a réagi sur i-Télé, lundi 28 septembre, aux propos polémiques de l'eurodéputée Les Républicains qu'elle a tenus dans l'émission "On n'est pas couché", samedi. "Martine Aubry disait qu'elle en avait ras-le-bol d'Emmanuel Macron. Moi j'en ai marre des phrases de Nadine Morano", a-t-il lâché, dénonçant une "vision insupportable, monolithique" de l'élue.

"Nous sommes un pays judéo-chrétien – le général De Gaulle le disait –, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères. J'ai envie que la France reste la France. Je n'ai pas envie que la France devienne musulmane", a martelé l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy sur le plateau de Laurent Ruquier.

"Même Madame Le Pen n'ose pas dire ça"

"C'est quoi la 'race blanche' dont elle parle ? Que sont les Antillais ? Que sont les Africains et les Maghrebins qui sont venus et sont devenus français ? Sont-ils moins français que les autres ? Même Madame Le Pen n'ose pas dire ça", a réagi le président de l'UDI, estimant aussi que Nadine Morano est "largement marginale" au sein des Républicains. 

"Le drame, c'est qu'elle est en train de courir devant [le Front national]", a ajouté le centriste. Quant à une éventuelle candidature de celle-ci à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, Jean-Christophe Lagarde "espère que [l'élection] n'aura pas en son sein une porte-parole du Ku Klux Klan".

Le président de l\'UDI, Jean-Christophe Lagarde, le 21 septembre 2015 à Paris.
Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, le 21 septembre 2015 à Paris. (MAXPPP)