Tweet pour "interdire l'islam" : le maire de Venelles veut "faire bouger les lignes"

Christophe Chardon, maire de Venelles, dans les Bouches-du-Rhône, a proposé sur Twitter "d'interdire l'islam en France". Il confirme sa position sur France Info. "Il faut faire bouger les lignes", "je vais la défendre (ma position), quitte à la défendre dans un nouveau parti, explique-t-il.

(Compte Twitter de Robert Chardon © capture d'écran)

Robert Chardon veut interpeller Nicolas Sarkozy et "mettre les pieds dans le plat ". Il a d'ailleurs utilisé le hashtag #NSDIRECT pour s'adresser à lui sur Twitter, alors que le président de l'UMP répondait ce vendredi matin aux questions des internautes. "Je pense que c'est le bon moment"  pour évoquer ce sujet, explique-t-il. "Il faut faire bouger les lignes"  avant la convention du parti et les discussions avec Nicolas Sarkozy. "Evidemment, je vais la défendre (ma position), quitte à la défendre dans un nouveau parti. Je créerai ma formation politique qui sera représentée aux régionales"  en région PACA.

"Je vais défendre ma position, quitte à le faire dans un autre parti" Robert Chardon, maire UMP de Venelles (avec Maxime Fayolle)
--'--
--'--

Robert Chardon n'a pas encore parlé avec Nicolas Sarkozy. La discussion est "ouverte" , avec "éventuellement une exclusion du parti" .

Le maire ne se sent pas isolé : "Je suis en train de dire tout haut ce que beaucoup de Français pensent tout bas. Je reçois des milliers de tweets de soutien et un certain nombre de maires m'ont apporté leur confiance" .

A LIRE AUSSI ►►► Polémique autour de tweets d'un maire UMP sur l'islam

Les déclarations du maire de Venelles ont été très vite repérées sur le réseau social. Et largement condamnées, notamment par le maire UMP de Marseille, jean-Claude Gaudin.

A Venelles, les habitants se disent attérés. Comme la première adjointe, Patricia Saez, ils considèrent que ces propos sont liés à la maladie de leur élu et au traitement qu'il suit actuellement contre le cancer. Le maire, lui, a été conduit à l'hôpital vendredi matin, suite à un malaise.